Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dispersion

  • Lire la Bible avec d'autres ! ateliers de mai

    Cette question interroge celles et ceux qui la lisent, religieux ou non.

     

    Ensemble, aux ateliers du jeudi 14 et du samedi 16, nous poursuivrons l'exploration de la thématique du cycle "Où es-tu ?".

    Cette fois, nous chercherons où sont ces dieux, nous tâcherons de les identifier et de préciser les relations qui nous lient.

    Un texte biblique nous fournira des indices pour instruire cette enquête. Sa lecture aidera chacun.e et le groupe à discerner ce que cette interpellation révèle.

    Nous lirons la Bible, avec, au-devant de nous et entre nous, cette promesse que la lecture patiente, attentive, respectueuse des justes distances, menée depuis le lieu de chacun.e, est décloisonnement, encouragement, respiration, bénédiction.

    Le confinement nous oblige à nous réunir selon de nouvelles modalités, adaptées aux circonstances. C'est dans une salle virtuelle que se dérouleront ces ateliers. Nous lirons donc la Bible ensemble en visioAtelier.

    Les personnes désireuses de participer à l'un de ces visioAteliers sont invitées à me le faire savoir par mail à cette adresse avant le mardi 12 mai à 12h00, en précisant leur choix : visioAtelier de jeudi ou de samedi. Je leur adresserai en retour confirmation de leur inscription ainsi que les indications pour se rendre dans la salle de l'atelier aux horaires habituels (09h45 - 12h30 avec des pauses).

    Le nombre de participant.e.s sera limité pour permettre que nous lisions la Bible les uns avec les autres, selon la pédagogie qui fait la singularité de ces ateliers de lecture.

    Ces ateliers sont ouverts à toute personne désireuse de lire la Bible avec d'autres, de façon active. Chacun.e est bienvenu.e, avec son histoire, sa relation à la Bible, à Dieu, ses questionnements, ses aspirations, sa culture.

    La pédagogie mise en œuvre durant ces ateliers soutient l'esprit de découverte, accueille les incompréhensions, les questionnements, les prises de conscience, les propositions qui surgissent au fil de la lecture du texte biblique et du travail qui se noue avec lui et au sein du groupe. La confiance qui s'installe au gré des recherches menées, des dialogues et des partages, l'intelligence collective rendue possible, favorisent la créativité, l'intériorisation et l'hospitalité réciproque.

    Ces ateliers sont des lieux de ressourcement et de fraternité

    Ils sont proposés par Sophie Schlumberger, pasteure, bibliste et formatrice. 

  • Genèse 11,1-9 “La tour de Babel”

    (Ce récit [suivi d'une généalogie faisant le lien entre les descendants de Noé et Abram] clôt la grande fresque des chapitres 1 à 11 qui concerne l'humanité tout entière. Une nouvelle fois, après la tentation de “devenir comme des dieux” en Genèse 3, après le meurtre d'Abel au chapitre 4, après les désordres responsables du déluge au chapitre 6, les humains projettent d'atteindre le ciel ... toujours ce désir de puissance !)

    c9310930286cd3a30b41263faea5c149.jpg

    (Reconstitution la ziggourat d'Our, c'est le nom babylonien de ces tours)

    Livre de la Genèse
    (chapitre 11, versets 1 à 9)


    (1) ... Toute la terre parlait la même langue,
    avec les mêmes mots.
    (2) Partis de l'est,
    ils trouvèrent une vallée au pays de Shinéar,
    et ils s'y installèrent.
    (3) Ils se dirent l'un à l'autre :
    ———«Faisons donc des briques
    ———-et cuisons-les au feu !»
    La brique leur servit de pierre
    et le bitume leur servit de mortier.
    (4) Ils dirent alors :
    ———«Bâtissons-nous donc une ville
    ———et une tour dont le sommet atteigne le ciel,
    ———et faisons-nous un nom,
    ———afin que nous ne nous dispersions pas
    ———sur toute la terre !»

    (5) Le SEIGNEUR descendit pour voir la ville
    et la tour que bâtissaient les humains.
    (6) Le SEIGNEUR dit :
    ———«Ainsi ils sont un seul peuple,
    ———ils parlent tous la même langue,
    ———et ce n'est là que le commencement de leurs œuvres !
    ———Maintenant, rien ne les empêchera
    ———de réaliser tous leurs projets !
    (7) ——Descendons donc, et là, brouillons leur langue,
    ———afin qu'ils ne comprennent plus la langue les uns
    ———des autres !»
    (8) Le SEIGNEUR les dispersa de là sur toute la terre ;
    ils cessèrent de bâtir la ville.
    (9) C'est pourquoi on l'a appelée du nom de Babel
    (ce qui signifie « Brouillage »(1)),
    car c'est là que le SEIGNEUR brouilla la langue de toute la terre,
    et c'est de là que le SEIGNEUR les dispersa sur toute la terre. ...

    Genèse 11,1-9 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    Note :
    (1) Babel est le nom hébreu de Babylone (qui signifie “Porte des dieux”). Cette ville était connue dans l'Antiquité pour ces tours à terrasses au sommet desquelles était érigé un temple. Ici, l'auteur fait un jeu de mot entre BaBeL et le verbe hébreu BâLaL qui signifie ‘brouiller’, ‘confondre’.

    2e1733aa55183137cf9f80925e0c24a2.jpg

    Vestige d'une tour à terrasses à Our, l'une des mieux conservée des 25 édifices de ce type qui subsistent au Moyen-orient. La ziggourat d'Our a été construite (et achevée ...) par les Sumériens, vers l'an 2100 av. J.C.
    On peut rapprocher ce récit de "La tour de Babel” d’autres mythes tel que le mythe grec des Titans, ensevelis sous les rochers de la montagne qu’ils édifiaient pour atteindre l’Olympe. Chez les Indiens Coctaw et Naong, populations himalayennes, on trouve un récit similaire lorsque Dieu fait s'écrouler sur les ouvriers la tour qu’ils construisaient, créant ainsi la division entre peuples. Le rapprochement s'impose surtout avec le monde babylonien, ses temples-tours et l'épopée sumérienne d'Enmerkar qui annonce qu'un jour en une langue unique tous les peuples reconnaîtront le dieu Enlil comme leur suzerain.


    —oOOOo—
    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte fondateur
    seront mises en ligne.

    D'ores et déjà, consultez les notes suivantes :

    Babel, punition ou bénédiction ? par Odile Bertrand
    Entre mythes et réalités ... par Jean-Paul Morley