Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie

  • La dette, une richesse ?

    La dette, une richesse ?

    Une journée de reflexion et d'échanges
    articulant problématiques économiques et textes bibliques
    et accompagnée par François VOUGA 

    Samedi 13 octobre 2012
    au 102 Bd Arago, 75014 PARIS  – Métro “Denfert-Rochereau”

    – Libre participation aux frais –
    Programme et détails pratiques ci-dessous...

    don,pardon,remise de dette,grâce,dette,richesse,économie

    (Baptistère de l'église du Sacré Cœur à Audincourt–Doubs, Jean BAZAINE 1954) 

    Programme de la journée :

    Accueil à partir de 9h00 

    9h30 – 10h00
    Ouverture et question 

    • La dette ? Oui, mais quelle dette ?
    Variations sur un mot-valise
    (Annick Jacq) 

    10h00 – 11h00 
    La dette, la reconnaissance et la gratuité

    • La dette morale
    (Agnès Kabongo Mbaya)

    • La gratuité des dettes remises, axe du Notre Père 
    - Matthieu 6,9-15
    (François Vouga)

    Première discussion  

    11h30 – 12h30 
    La dette, une réalité économique ?  

    • Dette économique, dette morale, 
    ou : Immoralité du capitalisme

    et perte du sens moral de la notion de dette
    (Bernard Piettre)

    • La remise des dettes 
    - Lévitique 25 et Deutéronome 15

    (Patrice Rolin) 

    Deuxième discussion 

    12h30 – 13h30
    Repas sur place (sandwichs, salades, fruits, café...  – Libre participation)

    13h30 – 14h00 
    Ouverture

    • La dette en quinze questions
    (Jacques Perrier)

    14h00 – 15h00
      Jeux de dettes et de liberté 

    • Dire la dette et sa polysémie
    en certaines langues de l'Afrique centrale

    (Philippe Kabongo Mbaya) 

    • La liberté d’effacer les dettes 
    - Luc 16,1-8

    (François Vouga)

     Troisième discussion

    15h30 – 16h30 
    La dette et l'esprit de la réciprocité

    • “Ne devez rien à personne,
    si ce n’est de vous aimer les uns les autres”
    - Romains 13,8-14

    (François Vouga)

    • La dette sous le visage de l'autre
    (Renée Piettre)

    Quatrième discussion

    16h30 – 17h00 
    Envoi et question 

    • À quelle reconnaissance et à quelles remises 
    la dette oblige-t-elle?
    (François Vouga) 

     ———————————————————
    – Merci d'annoncer votre participation –
    Contact : <patrice.rolin@orange.fr> / 06 72 38 19 13
    —————————————————————————–——

    — Cette journée de réflexion et d'échanges vous est proposée dans la dynamique du Christianisme social. Né à la fin du 19e siècle, et relancé en France le 2 octobre 2010, le mouvement du Christianisme social a pour projet de renouveler la confrontation de la foi chrétienne avec son environnement social, économique, culturel et écologique, de poser des paroles et des gestes de libération, dire publiquement notre espérance et agir en conséquence. LeChristianisme social s'organise de manière souple en “communes théologiques” locales ou thématiques. Cette rencontre est ainsi organisée par la Commune théologique du sud francilien actuellement composée de : Eric et Dominique Hernandez, Philippe et Agnès Kabongo Mbaya, Ursula et Jacques Perrier, Bernard et Renée Piettre, Annick Jacq et Patrice Rolin.–

    don,pardon,remise de dette,grâce,dette,richesse,économie

  • Apocalypse 18,1-24, “Gens qui pleurent et gens qui rient ...”

    (Après avoir eu la vision du jugement de “Babylone”, dans laquelle il faut reconnaître Rome [voir le chapitre 17], l’auteur de l’Apocalypse décrit en détail ce que pouvait être le commerce internationale de l’époque et le trafic maritime qui convergeait vers Rome, capitale de l’Empire. La destruction de tout cela provoque la lamentation de ceux qui tiraient profit de ce commerce et de leur soumission à la Pax Romana. Mais pour le petit nombre des chrétiens qui en faisaient les frais, la chute annoncée de Rome est un sujet de joie.)

    Livre de l'Apocalypse
    (chapitre 18, verset 1 à 24)

    (1) ... Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange
    qui avait un grand pouvoir ; la terre fut illuminée de sa gloire.
    (2) Il cria :
    ——«Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande !
    ——Elle est devenue une habitation de démons,
    ——
    un repaire de tout esprit impur et un repaire de tout oiseau impur,
    ——un repaire de tout animal impur et détesté.
    (3)parce que toutes les nations ont bu du vin
    ——de la fureur de sa prostitution ;
    ——parce que les rois de la terre se sont prostitués avec elle,
    ——et que les marchands de la terre
    ——se sont enrichis par la puissance de son luxe.»

    (4) J'entendis du ciel une autre voix qui disait :
    (5)«Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel,
    ——et Dieu s'est souvenu de ses forfaits.
    (6)Payez-la comme elle a payé,
    ——et rendez-lui au double de ses oeuvres !
    ——Dans la coupe où elle a versé, versez-lui au double.
    (7)Autant elle s'est complu dans la gloire et le luxe,
    ——autant donnez-lui de tourment et de deuil !
    ——Parce qu'elle se dit :
    ———“Je suis assise en reine,
    ———je ne suis pas veuve, jamais je ne verrai le deuil”,
    (8)à cause de cela, en un seul jour ses fléaux viendront,
    ——mort, deuil et famine, et elle sera jetée au feu.
    ——Car il est fort, le Seigneur Dieu qui l'a jugée.
    (9)Tous les rois de la terre qui se sont prostitués
    ——et qui se sont complu dans le luxe avec elle pleureront
    ——et se lamenteront à son sujet,
    ——quand ils verront la fumée de son embrasement.
    (10) Se tenant à distance par crainte de son tourment, ils diront :
    ———“Quel malheur ! Quel malheur !
    ———La grande ville, Babylone, la ville forte !
    ———En une seule heure est venu ton jugement !”

    (11) De même, les marchands de la terre pleurent
    et mènent deuil sur elle,
    parce que personne n'achète plus leur cargaison,
    (12) cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses,
    de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate,
    de tout bois de senteur, de tout objet d'ivoire,
    de tout objet de bois précieux, de bronze, de fer et de marbre ;
    (13) cannelle, aromates, parfums, myrrhe, encens,
    vin, huile, fleur de farine, blé, boeufs, moutons, chevaux,
    chars, corps et âmes d'humains.
    (14) Le fruit mûr que tu désirais
    s'en est allé loin de toi ;
    —vtoutes ces choses délicates et splendides
    —vsont perdues pour toi,
    et on ne les retrouvera plus jamais.
    (15) Les marchands qui se sont enrichis grâce à elle
    se tiendront à distance par crainte de son tourment ;
    ils pleureront et mèneront deuil,
    (16) en disant :
    ——“Quel malheur ! Quel malheur !
    ——La grande ville, vêtue de fin lin,
    ——de pourpre et d'écarlate,
    ——parée d'or, de pierres précieuses et de perles !”
    (17) En une seule heure, tant de richesses ont été détruites !
    Tous les pilotes, tous les caboteurs, les marins
    et tous les travailleurs de la mer se tinrent à distance;
    (18) ils s'écriaient, en voyant la fumée de son embrasement :
    ———“Qui était semblable à la grande ville ?”
    (19) Ils se jetaient de la poussière sur la tête,
    ils pleuraient, ils menaient deuil et criaient :
    ———“Quel malheur ! Quel malheur !
    ———La grande ville,
    ———dont l'opulence a enrichi
    ———tous ceux qui ont des bateaux sur la mer !
    ———En une seule heure, elle est devenue un désert !”

    (20) Sois en fête sur elle, ciel !
    Vous aussi, saints, apôtres et prophètes !
    Car Dieu vous a fait justice en la jugeant.

    (21) Alors un ange puissant prit une pierre
    semblable à une grande meule et il la jeta à la mer, en disant :
    ——«Avec la même violence Babylone, la grande ville,
    ——sera jetée à bas, et on ne la trouvera plus jamais.
    (22)On n'entendra plus jamais chez toi
    ——les joueurs de lyre, les musiciens,
    ——les joueurs de flûte ou de trompette.
    ——On ne trouvera plus jamais chez toi
    ——aucun artisan d'aucune sorte,
    ——on n'entendra plus jamais chez toi
    ——le bruit de la meule ;
    (23)la lumière de la lampe
    ——ne brillera plus jamais chez toi,
    ——et on n'entendra plus jamais chez toi
    ——la voix du marié et de la mariée
    ——– parce que tes marchands étaient les dignitaires de la terre,
    ——parce que toutes les nations ont été égarées par ta sorcellerie
    (24) – chez elle on a trouvé le sang des prophètes,
    ——des saints et de tous ceux qui ont été immolés sur la terre.» ...

    Apocalypse 18,1-24 (traduction adaptée de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    Pour une proposition d'animation biblique
    sur ce texte, cliquez ici.

    — oOo —
    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte
    sont déjà mises en ligne, lire les notes suivantes :
    Pensée de “la fin du monde” et apocalyptique ... par Elian Cuvillier
    KOPTÔ, se frapper la poitrine par Dominique Hernandez