Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Textes de la Bible - Page 2

  • Galates 5,1-26, “Liberté !”

    (La liberté est l'un [si ce n'est le] des thèmes centraux de cette lettre.
    La liberté à laquelle Paul [r]appelle les Galates, n'est ni “faire tout ce que l'on veut”, ni la liberté intérieure face au monde, objet de la quête des philosophes stoïciens.)


    Epître de Paul aux Galates
    (chapitre 5)


    (1) ... C'est pour la liberté que le Christ nous a libérés.
    Tenez donc ferme,
    et ne vous remettez pas sous le joug de l'esclavage.
    (2) Moi, Paul, je vous dis que si vous vous faites circoncire,
    le Christ ne vous servira de rien.
    (3) Et je l'atteste encore une fois à tout homme
    qui se fait circoncire :
    il est tenu de mettre en pratique la loi tout entière.
    (4) Vous êtes séparés du Christ,
    vous qui cherchez la justification dans la loi ;
    vous êtes déchus de la grâce.

    (5) Quant à nous, c'est par l'Esprit
    que nous attendons de la foi la justice espérée.
    (6) Car, en Jésus-Christ, ce qui a de la valeur,
    ce n'est ni la circoncision ni l'incirconcision,
    mais la foi qui opère par l'amour.
    (7) Vous couriez bien !
    Qui vous a arrêtés, en vous empêchant d'obéir à la vérité ?
    (8) Cette persuasion-là ne vient pas de celui qui vous appelle.
    (9) Un peu de levain fait lever toute la pâte.
    (10) Moi, j'ai confiance en vous, dans le Seigneur :
    je sais que vous ne penserez pas autrement.
    Mais celui qui vous trouble, quel qu'il soit, en subira la peine.
    (11) Quant à moi, mes frères,
    si je proclamais encore la circoncision,
    pourquoi serais-je encore persécuté ?
    La cause de chute, la croix,
    serait donc réduite à rien ?
    (12) – Qu'ils aillent donc jusqu'à se mutiler,
    ceux qui sèment le trouble parmi vous !

    (13) Mes frères, vous avez été appelés à la liberté ;
    seulement, que cette liberté ne devienne pas un prétexte
    pour la chair ;
    par amour, faites-vous plutôt esclaves les uns des autres.
    (14) Car toute la loi est accomplie dans une seule parole,
    celle-ci : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.”
    (15) Mais si vous vous mordez,
    si vous vous dévorez les uns les autres,
    prenez garde de ne pas être détruits les uns par les autres.
    (16) Je dis plutôt : marchez par l'Esprit,
    et vous n'accomplirez jamais ce que la chair désire.
    (17) Car la chair a des désirs contraires à l'Esprit,
    et l'Esprit en a de contraires à la chair ;
    ils sont opposés l'un à l'autre,
    de sorte que vous ne faites pas ce que vous voudriez.
    (18) Mais si vous êtes conduits par l'Esprit,
    vous n'êtes pas sous la loi.

    (19) Or les œuvres de la chair sont manifestes :
    inconduite sexuelle, impureté, débauche,
    (20) idolâtrie, sorcellerie, hostilités, disputes,
    passions jalouses, fureurs, ambitions personnelles,
    divisions, dissensions,
    (21) envie, beuveries, orgies et autres choses semblables.
    Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait :
    ceux qui pratiquent de telles choses
    n'hériteront pas le royaume de Dieu.

    (22) Quant au fruit de l'Esprit, c'est :
    amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi,
    (23) douceur, maîtrise de soi ;
    aucune loi n'est contre de telles choses.
    (24) Mais ceux qui appartiennent à Jésus-Christ
    ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.
    (25) Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit.
    (26) Ne devenons pas vaniteux ;
    cessons de nous provoquer les uns les autres,
    de nous porter envie les uns aux autres. …

    Galates 5,1-26 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    En lien avec ce texte, lire les notes suivantes :

    Les marches de la liberté par Corina Combet Galland

    • ELEUTHERIA, liberté par Patrice Rolin

    En lien avec la lettre aux Galates,
    on lira aussi avec intérêt livre de François Vouga “Moi, Paul !.
  • Galates 3,19–4,7, “Tous enfants adoptifs !”

    (En invoquant la promesse faite à Abraham, Paul entend fonder chacune et chacun sur une identité reçue de Dieu et par la foi, indépendamment des exigences de la Loi)

    Epître de Paul aux Galates
    (chapitre 3, verset 19 jusqu'au chapitre 4, verset 7)


    Chapitre 3
    (19) ... Alors pourquoi la loi ?
    Elle a été ajoutée à cause des transgressions, jusqu'à ce que vienne la descendance à qui la promesse avait été faite ;
    elle a été promulguée par l'intermédiaire d'anges et au moyen d'un médiateur.
    (20) Or ce médiateur n'est pas médiateur d'un seul,
    tandis que Dieu est un.
    (21) La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ?
    Jamais de la vie !
    Si une loi avait été donnée qui puisse faire vivre,
    la justice viendrait réellement de la loi.
    (22) Mais l'Ecriture a tout enfermé sous le péché,
    pour que la promesse soit donnée,
    en vertu de la foi de Jésus-Christ, à ceux qui croient.

    (23) Avant que la foi vienne, nous étions gardés sous la loi, enfermés, en vue de la foi qui allait être révélée.
    (24) Ainsi la loi a été notre surveillant jusqu'au Christ, pour que nous soyons justifiés en vertu de la foi.
    (25) La foi étant venue, nous ne sommes plus soumis à un surveillant.
    (26) Car vous êtes tous, par la foi, fils de Dieu en Jésus-Christ.
    (27) En effet, vous tous qui avez reçu le baptême du Christ, vous avez revêtu le Christ.
    (28) Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni homme libre, il n'y a plus ni mâle ni femelle, car vous tous, vous êtes un en Jésus-Christ.
    (29) Et si vous appartenez au Christ, alors vous êtes la descendance d'Abraham, héritiers selon la promesse.
    Chapitre 4
    (1) Or je le dis : aussi longtemps que l'héritier est tout petit, il ne diffère en rien d'un esclave, alors qu'il est le maître de tout;
    (2) il est soumis à des tuteurs et à des intendants jusqu'au temps marqué par le père.
    (3) Nous aussi, lorsque nous étions des tout-petits, nous étions esclaves des éléments du monde;
    (4) mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme et sous la loi,
    (5) afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, pour que nous recevions l'adoption filiale.
    (6) Et parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé dans notre coeur l'Esprit de son Fils, qui crie : « Abba ! Père ! »
    (7) Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier, du fait de Dieu. ...

    Galates 3,19–4,7 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    Pour lire la suite (à partir du chap. 5), cliquez ici
     
    —oOOOo—

    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte
    seront bientôt mises en ligne.

    En lien avec la lettre aux Galates,
    on lira avec intérêt le livre de François Vouga “Moi, Paul !”
    .
  • Galates 3,1-18, “Tous fils et filles de la promesse”

    (Après avoir reçu favorablement l'Evangile libérateur que leur avait annoncé Paul, les Galates semblent avoir été séduits par des chrétiens d'origine juive leur suggérant de se soumettre à certaines prescriptions de la Loi de Moïse)

    Epître de Paul aux Galates
    (chapitre 3, versets 1 à 18)


    Chapitre 3
    (1) ... Galates stupides, qui a pu vous fasciner,
    ——alors que sous vos yeux Jésus-Christ a été dépeint crucifié ?
    (2) Voici seulement ce que je veux apprendre de vous :
    ——est-ce en vertu des oeuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit,
    ——ou parce que vous avez entendu le message de la foi ?
    (3) Etes-vous donc stupides à ce point ?
    ——Après avoir commencé par l'Esprit,
    ——allez-vous maintenant achever par la chair ?
    (4) Avez-vous fait tant d'expériences pour rien ?
    ——Si du moins c'est pour rien !
    (5) Celui qui vous accorde l'Esprit et qui opère des miracles parmi vous,

    ——le fait-il donc en vertu des oeuvres de la loi,
    ——ou parce que vous avez entendu le message de la foi ?

    (6) Ainsi, Abraham crut Dieu,
    ——et cela lui fut compté comme justice. —————(Genèse 15,6)
    (7) Reconnaissez-le donc : ce sont ceux qui relèvent de la foi
    ——qui sont fils d'Abraham.
    (8) Aussi l'Ecriture, voyant d'avance

    ——que Dieu justifierait les non-Juifs en vertu de la foi,
    ——a d'avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham :
    ——Toutes les nations seront bénies en toi ; ——————(Genèse 12,13)
    (9) de sorte que ceux qui relèvent de la foi sont bénis avec Abraham,

    ——l'homme de foi.
    (10) Tous ceux en effet qui relèvent des oeuvres de la loi

    ——sont sous la malédiction, car il est écrit :
    ——Maudit soit quiconque ne persévère pas en tout ce qui est écrit
    ——dans le livre de la loi, pour le faire ! —————(Deutéronome 27,26)
    (11) Et que personne ne soit justifié devant Dieu par la loi,
    ——c'est évident, puisque celui qui est juste en vertu de la foi vivra.
    ———————————————————— — (Habaquq 2,4)

    (12) Or la loi ne relève pas de la foi ; mais elle dit :
    ——Celui qui fera ces choses vivra par elles. ———(Lévitique 18,5)
    (13) Le Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi

    ——en devenant malédiction pour nous
    ——– car il est écrit : Maudit soit quiconque est pendu au bois ————
    (14) afin que, pour les non-Juifs,
    ———— (Deutéronome 21,23)
    ——la bénédiction d'Abraham soit en Jésus-Christ
    ——et que, par la foi, nous recevions l'Esprit promis.

    (15) Mes frères, je parle en termes humains :
    ——quand un homme a fait son testament en bonne et due forme,
    ——personne ne peut l'abolir ni y faire une adjonction.
    (16) Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa descendance.

    ——Il n'est pas dit : et aux descendances,
    ——comme s'il s'agissait de beaucoup ;
    ——mais il s'agit d'un seul : et à ta descendance, qui est le Christ.
    (17) Voici ce que je veux dire :

    ——un testament déjà fait en bonne et due forme par Dieu
    ——ne peut pas être annulé par la loi
    ——survenue quatre cent trente ans plus tard,
    ——ce qui réduirait à rien la promesse.
    (18) Car si l'héritage venait de la loi,
    ——il ne viendrait plus de la promesse ;
    ——or c'est par la promesse
    ——que Dieu a accordé sa grâce à Abraham. ...

    Lire la suite de ce texte

    Galates 3,1-18 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte
    seront bientôt mises en ligne.

    En lien avec la lettre aux Galates,
    on lira avec intérêt livre de François Vouga “Moi, Paul !”
    .
  • Galates 2, “La rencontre de Jérusalem”

    (Le récit que l'apôtre fait de sa rencontre avec quelques personnages importants du christianisme de Jérusalem, est très différent de celui
    que le livre des Actes [chap.15] fera une 30aine d'années après Paul.
    On comparera avec intérêt ces deux récits)


    Epître de Paul aux Galates
    (chapitre 2)


    Chapitre 2
    (1) ... Ensuite, quatorze ans plus tard, je suis remonté à Jérusalem avec Barnabé, et j'ai aussi pris Tite avec moi.
    (2) J'y suis monté par suite d'une révélation. Je leur ai exposé la bonne nouvelle que je proclame parmi les non-Juifs ;
    je l'ai exposée en privé aux gens les plus considérés, de peur de courir ou d'avoir couru en vain.
    (3) Mais Tite, qui était avec moi, et qui était grec, n'a même pas été contraint de se faire circoncire.
    (4) – Tout cela à cause des faux frères, des intrus qui s'étaient introduits parmi nous pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l'intention de nous asservir ;
    (5) à ceux-là nous n'avons pas cédé un seul instant, nous ne nous sommes pas soumis, afin que la vérité de la bonne nouvelle demeure pour vous.
    (6) Quant à ceux qui étaient considérés comme des gens importants – ce qu'ils étaient autrefois m'est bien égal : Dieu n'est pas partial ! – ces gens considérés ne m'ont rien imposé.
    (7) Au contraire, lorsqu'ils ont vu que la bonne nouvelle m'avait été confiée pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis
    (8) – car celui qui avait été à l'œuvre en Pierre pour l'apostolat auprès des circoncis avait aussi été à l'œuvre en moi auprès des non-Juifs –
    (9) et lorsqu'ils ont reconnu la grâce qui m'avait été accordée, alors Jacques, Céphas[=Pierre, en Araméen] et Jean, qui étaient considérés comme des colonnes, nous ont donné la main droite, à Barnabé et à moi, en signe de communion : nous irions, nous, vers les non-Juifs, et eux vers les circoncis;
    (10) nous devions seulement nous souvenir des pauvres,
    ce que j'ai fait avec empressement.

    (11) Mais lorsque Céphas est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu'il avait tort.
    (12) En effet, avant la venue de quelques personnes de chez Jacques, il mangeait avec les non-Juifs ; mais après leur venue il s'est esquivé et s'est tenu à l'écart, par crainte des circoncis.
    (13) Les autres Juifs aussi sont entrés dans ce jeu, au point que Barnabé lui-même s'est laissé entraîner par leur double jeu.
    (14) Quand j'ai vu qu'ils ne marchaient pas droit au regard de la vérité de la bonne nouvelle, j'ai dit à Céphas,
    devant tout le monde :
    ———« Si toi, qui es juif,
    ———tu vis à la manière des non-Juifs
    ———et non à la manière des Juifs,
    ———comment peux-tu contraindre les non-Juifs
    ———à adopter les coutumes juives ? »
    (15) Nous, nous sommes juifs de naissance,
    nous ne sommes pas de ces pécheurs de non-Juifs.
    (16) Sachant que l'être humain n'est pas justifié en vertu des œuvres de la loi, mais au moyen de la foi de Jésus-Christ, nous aussi nous avons mis notre foi en Jésus-Christ, afin d'être justifiés en vertu de la foi du Christ et non pas des oeuvres de la loi
    – car personne ne sera justifié en vertu des œuvres de la loi.
    (17) Mais si, en cherchant à être justifiés dans le Christ,
    nous étions nous aussi trouvés pécheurs,
    le Christ serait alors serviteur du péché ?
    Jamais de la vie !
    (18) Si je reconstruis ce que j'ai détruit,
    je montre que je suis un transgresseur ;
    (19) en effet, par la loi, je suis moi-même mort pour la loi,
    afin de vivre pour Dieu. Je suis crucifié avec le Christ :
    (20) ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi ;
    ma vie présente dans la chair,
    je la vis dans la foi du Fils de Dieu,
    qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.
    (21) Je ne rejette pas la grâce de Dieu ;
    car si la justice est par la loi,
    alors le Christ est mort pour rien. ...

    Lire la suite de ce texte

    Galates 2,1-21 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte
    seront bientôt mises en ligne.

    En lien avec la lettre aux Galates,
    on lira avec intérêt livre de François Vouga “Moi, Paul !”
    .

  • Galates 1, “Paul, apôtre de Jésus-Christ”

    (Ecrite vers 56/57 (?), la lettre de Paul aux chrétiens de Galatie -au nord de l'actuelle Turquie- est une épître de combat pour défendre l'évangile libérateur tel que le conçoit l'apôtre. Les Galates étaient les descendants de tribus gauloises arrivées quelques siècles auparavant dans le nord de l'Asie Mineure ; d'origine païenne, les Galates ont accuelli l'Evangile pour la première fois lors d'un séjour de Paul parmi eux)

    921595fbe8cd296498564a09a8b4d497.jpg

    Epître de Paul aux Galates
    (chapitre 1)


    Chapitre 1
    (1) ... Paul, apôtre, – envoyé, non par des humains,
    ni par l'entremise d'un être humain,
    mais par Jésus-Christ et Dieu, le Père,
    qui l'a réveillé d'entre les morts –
    (2) et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de Galatie :
    (3) Grâce et paix à vous de la part de Dieu,
    notre Père, et du Seigneur Jésus-Christ,
    (4) qui s'est donné lui-même pour nos péchés,
    afin de nous délivrer du présent monde mauvais,
    selon la volonté de notre Dieu et Père,
    (5) à qui soit la gloire à tout jamais ! Amen !

    (6) Je m'étonne que vous vous détourniez si vite
    de celui qui vous a appelés par la grâce du Christ,
    pour passer à une autre “bonne nouvelle”,
    (7) qui d'ailleurs n'en est pas une :
    il y a seulement des gens qui vous troublent
    et qui veulent pervertir la bonne nouvelle du Christ.
    (8) Mais si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait une bonne nouvelle différente de celle que nous vous avons annoncée, qu'il soit anathème !
    (9) Nous l'avons déjà dit, et je le répète maintenant :
    si quelqu'un vous annonce une bonne nouvelle différente de celle que vous avez reçue, qu'il soit anathème !
    (10) Et maintenant, vais-je essayer de persuader des humains,
    ou bien Dieu ? Est-ce à des humains que je cherche à plaire ?
    Si je voulais encore plaire à des humains,
    je ne serais pas un esclave du Christ.

    (11) Je vous le certifie, mes frères, la bonne nouvelle que j'ai annoncée pour ma part n'est pas simplement humaine,
    (12) car moi-même je ne l'ai pas reçue ni apprise d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ.

    (13) Vous avez en effet entendu parler de la façon dont je me conduisais autrefois, dans le judaïsme : je persécutais alors à outrance l'Eglise de Dieu et je m'acharnais contre elle ;
    (14) dans le judaïsme, je progressais mieux que beaucoup de Juifs de mon âge, car je débordais d'une passion jalouse pour les traditions de mes pères.
    (15) Mais quand il a plu à Dieu, qui m'a mis à part depuis le ventre de ma mère et qui m'a appelé par sa grâce,
    (16) de révéler en moi son Fils pour que je l'annonce comme une bonne nouvelle parmi les non-Juifs,
    aussitôt, sans consulter personne,(17) sans même monter à Jérusalem pour voir ceux qui étaient apôtres avant moi,
    je suis parti pour l'Arabie, puis je suis retourné à Damas.

    (18) Trois ans plus tard, je suis monté à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas[=Pierre, en Araméen], et j'ai demeuré quinze jours chez lui.
    (19) Mais je n'ai vu aucun autre des apôtres,
    sinon Jacques, le frère du Seigneur.
    (20) En vous écrivant cela, je le dis devant Dieu, je ne mens pas.

    (21) Je me suis ensuite rendu dans les contrées de Syrie et de Cilicie.
    (22) Quant aux Eglises de Judée, – celles qui sont dans le Christ – elles ne me connaissaient pas personnellement.
    (23) Elles avaient seulement entendu dire : “Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant comme une bonne nouvelle la foi contre laquelle il s'acharnait.” ...
    Lire la suite de ce texte

    Galates 1,1-23 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    Des notes commentant tel ou tel aspect de ce texte
    seront bientôt mises en ligne.

    En lien avec la lettre aux Galates,
    on lira avec intérêt livre de François Vouga “Moi, Paul !”
    .

  • 1 Corinthiens 15,1-11, “La tradition reçue par Paul”

    (En introduction au seul chapitre consacré par Paul à la résurrection, l'apôtre rappelle la tradition qu'il a reçue -sans doute de judéo-chrétiens hellénistes. Dans ce passage, Paul défend son apostolat vis-à-vis de ceux qui semblent le contester)

    Première épître de Paul aux Corinthiens
    (chapitre 15, versets 1 à 11)


    (1) ... Je vous confirme, mes frères,
    la bonne nouvelle que je vous ai annoncée,
    celle que vous avez reçue, dans laquelle vous vous tenez
    (2) et par laquelle aussi vous êtes sur la voie du salut,
    si vous la retenez dans les termes où je vous l'ai annoncée ; 

    autrement, c'est pour rien que vous seriez venus à la foi.
    (3) Je vous ai transmis, avant tout,
    ce que j'avais moi-même reçu :
    ———le Christ est mort pour nos péchés,
    ——————————selon les Ecritures.
    (4) Il a été enseveli,
    ———il s'est réveillé le troisième jour,
    ——————————selon les Ecritures.
    (5) Il est apparu à Céphas, puis aux Douze.

    (6) Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois :
    la plupart d'entre eux sont demeurés en vie,
    quelques-uns se sont endormis dans la mort.
    (7) Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres.
    (8) Après eux tous, il m'est apparu, à moi aussi,
    comme à un avorton.
    (9) Moi, en effet, je suis le moindre des apôtres ;
    c'est même trop d'honneur pour moi que d'être appelé apôtre,
    puisque j'ai persécuté l'Eglise de Dieu.
    (10) Mais par la grâce de Dieu je suis ce que je suis,
    et sa grâce envers moi n'a pas été inutile ;
    au contraire, j'ai travaillé plus qu'eux tous ;
    non pas moi toutefois,
    mais la grâce de Dieu qui est avec moi.
    (11) Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux,
    telle est notre proclamation
    et telle est la foi à laquelle vous êtes venus. ...

    1 Corinthiens 15,1-11 (traduction adaptée
    à partir de la Nouvelle Bible Segond,
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    En lien avec ce texte, lire la note
    • La parole de la croix, par Patrice Rolin
  • 1 Corinthiens 11,17-33, “Le repas du Seigneur”

    (Dans la première lettre que Paul adresse aux chrétiens de Corinthe, l'apôtre aborde de nombreux sujets et problèmes rencontrés par cette jeune communauté chrétienne. Pour chacun de ces problèmes, qu'il ne traite pas d'abord au niveau moral, il décèle ce qui, théologiquement, manifeste une contradiction profonde avec l'Evangile.)

    Première épître de Paul aux Corinthiens 
    (chapitre 11, versets 17 à 33)


    (17) 
    ... Si je ne vous félicite pas en formulant cette injonction, 
    ——c'est que vous vous réunissez, 
    ——non pas pour le meilleur, mais pour le pire. 
    (18) D'abord, j'apprends que 
    ——lorsque vous vous réunissez en Eglise, 
    ——il y a parmi vous des divisions 
    ——– et je le crois en partie. 
    (19) Il faut bien qu'il y ait aussi des dissensions entre vous, 
    ——pour que ceux d'entre vous 
    ——qui résistent à l'épreuve puissent se manifester. 
    (20) Donc, lorsque vous vous réunissez, 
    ——ce n'est pas pour prendre part au dîner du Seigneur ; 
    (21) car au moment de manger, 
    ——chacun se hâte de prendre son propre dîner, 
    ——de sorte que l'un a faim tandis que l'autre est ivre. 
    (22) N'avez-vous pas des maisons pour manger et boire ? 
    ——Ou bien méprisez-vous l'Eglise de Dieu 
    ——en faisant honte à ceux qui n'ont rien ? 
    ——Que dois-je vous dire ? 
    ——Dois-je vous féliciter ? 
    ——Sur ce point, je ne vous félicite pas.

    (23) Car moi, j'ai reçu du Seigneur 
    ——ce que je vous ai transmis : 
    ——le Seigneur Jésus, 
    ——dans la nuit où il allait être livré, prit du pain ; 
    (24) après avoir rendu grâce, il le rompit et dit : 
    ————« C'est mon corps, qui est pour vous ; 
    ————faites ceci en mémoire de moi. » 
    (25) Il fit de même avec la coupe, 
    ——après le dîner, en disant : 
    ————« Cette coupe est l'alliance nouvelle en mon sang ; 
    ————faites ceci en mémoire de moi, 
    ————toutes les fois que vous en boirez. » 
    (26) Car toutes les fois que vous mangez ce pain 
    ——et que vous buvez cette coupe, 
    ——c'est la mort du Seigneur que vous annoncez, 
    ——jusqu'à ce qu'il vienne.
    (27) C'est pourquoi celui qui mange le pain 
    ——ou boit la coupe du Seigneur indignement 
    ——sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. 
    (28) Que chacun s'examine plutôt lui-même, 
    ——et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe ; 
    (29) car celui qui mange et boit sans discerner le corps 
    ——mange et boit un jugement contre lui-même. 
    (30) C'est pour cela qu'il y a parmi vous 
    ——beaucoup de malades et d'infirmes, 
    ——et qu'un assez grand nombre se sont endormis dans la mort. 
    (31) Si nous nous jugions nous-mêmes, 
    ——nous ne serions pas jugés. 
    (32) Mais par ses jugements le Seigneur nous corrige, 

    ——afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.
    (33) Ainsi, mes frères, 
    ——lorsque vous vous réunissez pour le repas, 
    ——attendez-vous les uns les autres. 
    (34) Si quelqu'un a faim, qu'il mange chez lui, 
    ——afin que vous ne vous réunissiez pas 
    ——pour votre propre jugement.

    ——Quant aux autres questions, 
    ——je les réglerai quand je viendrai. ...

    1 Corinthiens 11,17-33 (traduction adaptée 
    à partir de la Nouvelle Bible Segond
    publiée en 2002 par la Société Biblique Française)


    —oOOOo—
    En lien avec ce texte, lire la note
    Sabotage de l'eucharistie, par Philippe Kabongo Mbaya