Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Voici, je fais toutes choses nouvelles », pour et avec vous !

apocalypse,nouvelle création

 Lorsque Dieu déclare « Voici, je fais toutes choses nouvelles », fait-il table rase de l’ancien monde et de l’humaine condition, annulant leurs limites et leurs défauts ? Offre-t-il une vie de rêve aux êtres humains ? Cette genèse de Dieu, que génère-t-elle en l’être humain ? Voilà quelques interrogations qui vont rythmer notre lecture des huit premiers versets du  chapitre 21 de l’Apocalypse.

Avant de faire résonner cette déclaration, le texte sollicite le regard : “Je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en sont allés”. Ces éléments neufs remplacent-ils les anciens, en une sorte d’échange standard ? La création à l’œuvre  ici  est d’une autre nature.  La mer y a disparu. Bonne nouvelle ! Si “la mer n’est plus”, c’est le chaos et tout ce qui est menaçant, angoissant  qui n’est plus. Puis, “une voix forte” éveille les oreilles : « la mort ne sera plus. Il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni souffrance, car les choses premières s’en sont allées ». Une vie de rêve, en somme, pour des humains sans manque, sans blessure, sans peine ? Dieu aurait alors fait table rase ?

Le texte oriente sa pensée différemment. Il ne travaille pas de rien ; Il puise à de l’ancien, aux traditions, aux Ecritures, pour s’ajuster à la nouvelle genèse de Dieu. Ainsi la nouveauté ne méprise pas ce qui la précède ; elle s’en inspire pour décliner l’identité de “Dieu avec les êtres humains”, et du même coup inviter ceux-ci à penser leur identité, leur vocation en s’inscrivant dans cette relation.  C’est cela le cœur de cette nouvelle création et qui fait battre son cœur. D’ailleurs, le premier signe donné est “la ville sainte, la Jérusalem nouvelle”, offerte comme un cadeau. Elle n’est pas le fruit du travail humain, elle “descend du ciel, d’auprès de Dieu”. Avec elle la dimension relationnelle, désirante fait son entrée : elle vient “comme une épouse qui s’est parée pour son époux”.

apocalypse,nouvelle créationLa nouvelle Jérusalem, Apocalypse de Bamberg
11ème siècle – Staatsbibliothek Bamberg, Ms. Bibl. 140  (Folio 055r)

L’image des épousailles entre l’un et l’autre est déployée en paroles d’une alliance généreuse, universaliste, offerte depuis le désir de Dieu d’être “avec les êtres humains”, de “camper avec eux”. Elle fait d’eux “ses peuples”. Voilà jusqu’où va la dynamique de transformation impulsée, soutenue, réalisée par Dieu.  Le texte pourrait s’arrêter là, car “C’en est fait”.

Pourtant, Dieu ne se tait pas. Il n’en a pas fini. Il est infatigable, plein de ressources lorsqu’il s’agit d’être “avec les êtres humains” et d’être avec chacun. Après avoir ouvert grands ses bras pour accueillir la multitude, il entre dans une conversation singulière : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai de la source d’eau vive, gratuitement. Le vainqueur recevra cela en héritage, et je serai son Dieu, et lui sera mon fils ». Celui qui se présente sous les traits de la première et de la dernière lettre de l’alphabet grec, englobant ainsi toutes les autres, demande que ses paroles soient écrites. Ainsi ses paroles, “fiables et vraies”, viennent-elles jusqu’à nous, dans l’aujourd’hui de la lecture, pour nous inviter à entrer dans cette relation avec Dieu, appelés à devenir sujet désirant, de parole, vivant de recevoir ce qui nous anime, de lui, et d’aucun autre dieu. Un être-avec à étendre aux relations avec les semblables. Car lorsque la relation devient méprisante, manipulatrice, la mort est là, à l’œuvre et menace chacun et l’autre.

Dieu s’engage tout entier dans sa nouvelle genèse et invite chacun à s’y découvrir, accueilli, travaillé et responsable.

Sophie SCHLUMBERGER

apocalypse,nouvelle création

—•o0o•— 

(l'article ci-dessus est paru dans Paroles Protestantes en mars 2014) 

—•o0o•— 

En lien avec cet article, lire : 

Apocalypse 21

• L'Apocalypse... une bonne nouvelle !

Pensée de la fin du monde et apocalyptique

La vision comme contestation de l'idole

Des peurs à la confiance 

Les commentaires sont fermés.