Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entre impératif et futur : commandements ou promesses ?

décalogue,commandements,moïse,promesses,impératif,obligation,interdiction,loi

(Scènes de l'Exode... Marc CHAGALL, lithographie 1966)

Longtemps appelé les “Dix commandements”, le Décalogue est aujourd’hui de plus en plus désigné de manière plus littérale par “les Dix paroles”. Du commandement à la parole, le glissement ne relève pas seulement d’un ajustement formel de traduction, mais d’une ré-interprétation qu’appuient le mode et le temps des verbes employés. Quelles sont la signification et l’implication de l’impératif et du futur ?

Quand la grammaire vient jouer dans la cours de la théologie…

Conjugaison simple

On peut lire deux versions du Décalogue dans le Premier Testament : l’une en Exode 20,2-17 et l’autre en Deutéronome 5,6-21. Les deux textes sont très semblables et peuvent être facilement superposés l’un à l’autre sauf pour les Paroles concernant le sabbat et les parents.

Leur grande proximité se manifeste notamment dans l’emploi des verbes adressés aux lecteurs, verbes qui portent sur les relations avec Dieu et avec le prochain. A une exception près (le respect du sabbat), ils sont identiques de l’une à l’autre version dans leur choix et dans leur conjugaison (non seulement en français mais déjà en hébreu). On relève donc l’emploi majoritaire du futur à la forme négative : tu ne…pas, et deux impératifs à la forme positive, situés à la charnière entre la relation avec Dieu et la relation avec les autres : souviens-toi ou garde le jour du sabbat, et honore ton père et ta mère.

Celui qui est présent

Cependant, le verbe qui ouvre le Décalogue n’est ni au futur ni à l’impératif, mais au présent de l’indicatif, mode et temps qui prennent tout leur relief dans cette affirmation : je suis YHWH ton Dieu. Tout ce qui suit, que ce soit au futur ou à l’impératif est dépendant de cette indication première : qui est celui qui parle. Ce présent n’est jamais reléguable dans le passé, il n’est jamais dépassé, il est toujours au présent de la lecture, présent de tout temps. S’y articulent le passé avec l’œuvre de libération, le présent de l’alliance offerte et l’avenir orienté par le présent, par Celui qui est présent.

Futur pluriel

La grammaire française reconnaît une valeur impérative au futur, une manière d’adoucir ce que l’impératif peut avoir de brutal et d’accorder un délai dans la réalisation de ce qui reste néanmoins un ordre, c’est à dire une manière de ménager pour le destinataire de l’ordre un temps qui lui soit adapté. L’accomplissement des Paroles au futur serait ainsi différé, non par le bon vouloir du destinataire, mais par le délai nécessaire à ce qu’il en devienne capable. Mais comment obtenir cette capacité ?

On peut aussi comprendre le futur dans sa valeur d’avertissement : ne commence pas à… Ce qui est pointé dans le commandement correspond alors à une pente naturelle, une tendance inévitable, constitutive du destinataire. A lui de ne pas y céder maintenant qu’il est en avisé. Mais sa conscience suffira-t-elle à le préserver ?

Or le présent qui surplombe les Dix Paroles empêche de laisser l’avenir dépendre seulement du destinataire des Paroles. Mais le futur recèle en lui une autre valeur, qui est celle de la promesse et implicitement celle de la confiance. Celui qui est présent va lui-même rendre le destinataire capable de vivre selon le Décalogue.

Impératif : présent

Dans la durée ouverte par l’emploi du futur, l’impératif présent du respect du sabbat et de l’honneur à rendre aux parents retentit avec une intensité renouvelée. L’urgence de ce mode place le lecteur/auditeur devant une parole nue, sans condition ni limite, et l’y place sans délai, ni abri, ni compromis, en l’inscrivant dans une histoire où l’œuvre de Dieu (création ou libération) se mêle à celle des générations, histoire dont il ne détient pas l’origine, mais qu’il est appelé à recevoir comme don.

Ainsi donc l’avenir a-t-il impérativement besoin du souvenir, promesse et commandement se conjuguent sans se diluer, et les Dix Paroles recueillent celui qui écoute pour lui donner un véritable présent.

Dominique HERNANDEZ

  —•o0o•— 

(l'article ci-dessus est paru dans Paroles Protestantes en 2010)

—•o0o•— 

En lien avec cet article, lire :

• Exode 20,2-17

NOMOS, la loi 

décalogue,commandements,moïse,promesses,impératif,obligation,interdiction,loi


Les commentaires sont fermés.