Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La foi de Jésus-Christ, c'est tout !

24012009mo10.jpg

——Sauvés par la grâce au moyen de la foi …” Cette affirmation est bien connue. Elle contredit toute croyance selon laquelle l’homme pourrait, par ses efforts ou ses œuvres, obtenir le salut de Dieu. C’est la foi qui fait médiation et non les œuvres. Mais certains passages bibliques présentent une compréhension encore plus radicale de la question. De quelle foi parle-t-on ?

Une foi ? Des fois !

——Il y a plusieurs manières de décrire la foi. La foi peut se comprendre comme une confiance (Romains 4,24), ou une espérance (Galates 5,7 ; Romains 1,5 ; 10,16) ou encore comme le contenu d’une confession (Romains 10,9 et suivants). Dans tous ces cas, la foi apparaît comme ce qui relève de la réponse de l’homme à la grâce de Dieu. Or, contrairement aux apparences, Paul n’a pas un seul langage sur ce sujet.

——Si en Romains 3,28 l’apôtre déclare que “l’homme est justifié par la foi, indépendamment des œuvres de la loi”, en Galates 2,16, il reprend et précise :
————“… l’homme n’est pas justifié par les œuvres de la loi,
————mais seulement par la foi de Jésus Christ ;
————nous avons cru, nous aussi, en Jésus Christ
————afin d’être justifiés par la foi du Christ…” (lire Galates 2)
——On pourrait s’arrêter à l’opposition entre la foi et les œuvres. Cependant, en lisant attentivement on découvre un autre contraste, riche de sens. Paul aligne trois affirmations : “seulement par la foi de Jésus Christ”, puis “nous avons cru en Jésus Christ” et enfin “…justifiés par la foi du Christ”. Dans ce verset, la foi de l’homme (nous avons cru…) est à comprendre à la lumière de la foi de Jésus Christet de la foi du Christ. Que signifient ces expressions ?

Jésus-Christ, sujet ou objet ?

——En s'appuyant sur le texte grec, on peut les traduire aussi bien par “la foi en Jésus Christ” que par la “foi de Jésus-Christ”. Cette ambivalence montre la complexité de la notion de justification chez Paul. Dans le premier cas, Jésus-Christ est l’objet de la foi. Dans le second, il est sujet de la foi. On trouve ces mêmes tournures dans Romains 3 :
————C’est la justice de Dieu
————par la foi en Jésus Christ
————pour tous ceux qui croient. (verset 22)
Puis, Dieu montre sa justice
————… afin de … justifier
————celui qui vit de la foi en Jésus-Christ. (verset 26)

——En opposant la foi en/de Jésus-Christ aux œuvres de la loi, Paul ne substitue pas la foi à la loi. La foi est autre chose qu’une nouvelle œuvre de l’homme. “La foi du Christ” en son Père est première. Elle est décisive. Ainsi, plaçant toute sa confiance uniquement en cette foi-là, l’homme cesse-t-il d’être au centre de sa préoccupation. C’est une sorte de révolution copernicienne au plan théologique. Ni les œuvres, ni même la posture “croyante”, mais la capacité de se poser et se déposer avec confiance sur un autre. “La foi de Jésus Christ” souligne la radicalité de la grâce de Dieu et éloigne la confiance de l’homme de tout ce qui serait une “œuvre” dont on pourrait revendiquer le résultat. Ce dessaisissement est à la fois conscience de la grâce de Dieu et certitude de sa fidélité.

Reims - Cathedrale - Statue - Ange souriant.jpg
(L'ange souriant de la cathédrale de Reims)

——Si le contraire du péché n’est pas la vertu, mais la foi, celle-ci ne saurait être autre chose que ce dessaisissement. Nous voyons en quoi cette position est libératrice. Dès lors, peu importe mon expérience religieuse, voire son absence, la certitude que Dieu me fait confiance est le vrai nom de la foi. Par “la foi de Jésus-Christ”, je peux habiter cette confiance, avancer vers elle comme un horizon possible de la confiance en moi-même et envers les autres. En vertu de la foi de Jésus Christ.

Philippe B. KABONGO-MBAYA

—•o0o•—
(l'article ci-dessus est paru dans La Voix Protestante de juin–août 2009)

—•o0o•—
En lien avec cet article, lire :
STAUROS, la croix

Les commentaires sont fermés.