Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quel messie était Jésus ?

février2008.jpg

Du temps de Jésus, et en Israël, on attendait surtout
un Messie libérateur des occupations étrangères.
Mais “le Christ” fut tout autre chose ...

Aux origines

——Le mot messie vient de l'hébreu MaShiaH et désigne celui qui est oint. L'équivalent en grec est christos. Certains rois d'Israël (comme David) recevaient l'onction d'huile, comme signe d'une délégation de pouvoir de la part de Dieu. Après l'exil à Babylone l'onction est également conférée au grand prêtre ; et progressivement “l'oint du Seigneur”, le Messie devient un grand personnage à qui Dieu confère une mission libératrice pour son peuple. C'est ainsi que Cyrus qui délivra Israël de la captivité à Babylone est également qualifié de Messie (Ésaïe 45,1).

——Après cette libération de Babylone (en 538 av. JC), Israël connaît pendant 400 ans une série de longues occupations, perse d'abord, puis grecque, puis romaine (avec seulement une courte interruption sous les Asmonéens ; entre 164 et 63 av. JC). Le peuple souffre et aspire vraiment à être délivré de toutes ces occupations et de toutes les souffrances, morales et physiques, qui les accompagnent inévitablement.

L'attente messianique

——Durant les siècles qui précèdent notre ère, et en particulier du temps de Jésus, se développe dans la conscience collective l'attente d'un libérateur, d'un Messie, qui libèrera Israël de toutes ces servitudes. Suivant les milieux, suivant les écoles religieuses, ce Messie pouvait prendre différentes figures. Certains attendaient un homme politique qui chasserait les Romains d'Israël et rétablirait l'indépendance du pays. D'autres, dans les milieux dits “apocalyptiques”, attendaient plutôt un personnage descendant du ciel, et envoyé par Dieu pour présider à une transformation cosmique du monde et établir sur terre un Royaume nouveau, fait de justice et de paix.

Les évangiles prennent une certaine distance

——Dans ce contexte, survient Jésus qui prêche un évangile effectivement libérateur. Mais les évangiles ne font pratiquement pas dire à Jésus qu'il se considère comme le Messie. Parfois les disciples lui demandent s'il est le Christ (donc le Messie) mais Jésus élude la plupart du temps la question (Matthieu 26,63 ; Luc 22,67). Si l'affirmation est trop pressante, il demande de ne la répéter à personne (Matthieu 16,20 ; Marc 8,30). On peut penser, en effet, que Jésus ne se voyait pas en chef de guerre chassant les Romains, ni en personnage descendu du ciel pour lancer la grande tribulation et les horribles douleurs telles que décrites par Matthieu 24 ou Marc 13. D'ailleurs elles ne sont pas arrivées. Son personnage ne correspondait donc pas à celui du Messie juif attendu. Les évangiles synoptiques utilisent d'ailleurs très peu le mot “Christ” et appellent Jésus seulement par son nom. Jean en fait un usage plus large. Par contre, les écrits de Paul utilisent abondamment le mot et ont même consacré l'expression “Jésus Christ”.

——On peut donc être surpris que les évangiles, et surtout les plus anciens, fassent un usage si parcimonieux du mot Christ. L'évangile apocryphe de Thomas est encore plus net : il ne l'emploie pas une seule fois. Ceci donne des arguments à certains exégètes pour soutenir que Jésus ne se serait pas considéré comme le Messie, mais que ce titre lui aurait été attribué après Pâques par la première communauté chrétienne.

Le Christ paulinien

——Quoi qu'il en soit, Jésus n'était donc pas le Messie tel que les juifs l'attendaient. Il en fut un autre, un autre “oint” de Dieu dans le sens où il a apporté à ceux qui l'ont suivi une libération de la part de Dieu. Paul le dit bien :
——C'est pour la liberté que Christ nous a libérés(lire Galates 5,1s.)

——Mais il va plus loin. Son Christ a bien plus d'importance pour lui que le Jésus historique dont il ne dit pratiquement rien. Ce Christ est devenu “sagesse venant de Dieu, justice, sanctification et délivrance” (ICorinthiens 1,30). Il est l'accomplissement du plan providentiel de Dieu, le centre même de notre existence.
————Il n'y a qu'un seul Dieu de qui tout vient
————et vers qui nous allons ;
————et un seul Seigneur, Jésus-Christ,
————par qui tout existe et par qui nous sommes
——————————————————————(I Corinthiens 8,6)
——Le Christ de Paul est bien plus que le Messie !


Henri PERSOZ

—•o0o•—

(l'article ci-dessus est paru dans La Voix Protestante en février 2008)

—•o0o•—

En lien avec cet article, lire :

Les commentaires sont fermés.