Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GENESIS, naissance, Noël

Miro_MOMA_Birth_World.JPG
(La naissance du monde, Joan Miro 1925)
GENESIS

Un mot de la Bible
par Patrice Rolin ...

——Genèse, un mot qui fait immédiatement penser à la Bible,
au début de la Bible, à la création du monde.
Genèse, genesis en grec, c'est un mot qui, comme ce qu'il exprime,
a du sens en abondance, et une profusion de mots apparentés,
en grec, comme en français.
Genèse, un mot qui part dans tous les sens
——C'est cette profusion de sens qu'explore la note qui suit ...

Une grande famille ...

——Une profusion de mots apparentés, des mots qui dérivent tous de la même racine grecque genos, une racine qui évoque la naissance, l'origine, la race. Parfois, avant d'arriver dans nos mots français, cette racine a transité par le latin genus.

——En français, pensons tout d'abord au mot gène, à la génétique, au génome qui désigne l'ensemble des gènes d'une espèce, ... et puis il y a, plus inquiétant, l'eugénisme, littéralement la recherche des “bons gènes”, de la “bonne naissance”. Mais que les Eugène se rassurent, ils n'y sont pour rien !
——Plus sympathique, et après un détour par le latin, il y a celui qui est généreux, c'est-à-dire littéralement “de bonne race”. Quelqu'un qui s'intéressera sans doute à sa généalogie !
——A l'opposé, il y a le mot engeance, qui désigne souvent un mauvais engendrement -pensons à Jean-Baptiste et à Jésus- dénonçant l'hypocrisie de certains qu'ils qualifient “d'engeance de vipère”. Bien que l'étymologie de ce mot engeance soit incertaine, il semble bien tout de même , que par un détour par le vieux français, il contienne aussi un lointain écho de notre racine genos.

——Transitant par le latin, cette idée d'origine, de naissance, habite encore les mots génération, engendrement, génital et génitif.

——Dans un autre registre, et toujours via le latin, il y a les verbes générer et régénérer, le générateur d'énergie aussi. Et c'est vrai que ce mot genèse, et ceux de sa famille, évoquent une énergie, une énergie de vie. Energie de vie, mais aussi principe avec le mot général, généralité, générique ...

——On le sent bien, la racine genos, et le mot genesis qui en dérive, renvoient à la profusion, à l'énergie de vie, au principe de ce qui advient.

——C'est pour cela que le mot genesis, genèse en français, a été donné au premier livre de la Bible.

Le titre du premier livre de la Bible

——Mais genesis, c'est du grec, et le livre de la Genèse a été écrit en hébreu direz-vous. C'est juste. La Bible juive, devenue plus tard l'Ancien Testament des chrétiens a bien sûr été écrite en hébreu. Et dans la Bible hébraïque, le titre de ce premier livre est BeReShYTh, c'est le premier mot du livre, et du coup, c'est aussi le premier mot de la Bible.

bereshit.gif

BeReShYTh, c'est-à-dire étymologiquement “dans une tête”, en fait, “en tête”, “au début”, “en un commencement”.

——Alors pourquoi un titre grec pour un livre en hébreu ? C'est qu'à partir du 3ème siècle avant Jésus-Christ la culture et la langue grecque se répandent dans le bassin méditerranéen. De ce fait, de nombreux juifs de langue grecque utilisent la Bible dans une traduction.
——Mais la traduction grecque du premier livre de la Bible, ne va pas reprendre pour titre le premier mot du livre, ce qui aurait donné en arxê, “Au commencement ...”
——C'est plutôt le thème majeur du premier chapitre qui inspire le titre grec de l'ouvrage : Genesis.
——En effet, dès le verset 3 il est écrit : “Et Dieu dit qu'advienne la lumière ...” ; puis au verset 6 : "Et dieu dit qu'advienne le firmament ...” ; et au verset 14 "Qu'advienne des luminaires dans le firmament”. Dans la traduction grecque du premier récit de la création, c'est le verbe ginomai qui est utilisé pour traduire le verbe être qui est dans l'hébreu.
——Nous avons tous dans l'oreille la traduction “Que la lumière soit, et la lumière fut”, mais dans le grec, on a “Que la lumière advienne et la lumière advint” : ginomai .
——Ginomai, ce verbe est construit sur la même racine, genos qui a donné le mot genesis. Il signifie être né, être généré, être créé, advenir, survenir, arriver, ...etc.

——Pour les traducteurs grecs du livre, c'est ce thème du surgissement à l'être, de la naissance du monde qui va donc maintenant servir de titre au premier livre de la Bible grecque. D'ailleurs, le premier récit de la création dont nous venons de citer quelques versets s'achève ainsi : “Voilà le livre de la génération du ciel et de la terre, quand il y eut génération(Genèse 2,1.4 dans la traduction grecque des Septante). Et c'est le mot grec genesis qui est ici employé ici, à deux reprises.

——Dans le Nouveau Testament grec, les nombreux mots construit à partir de la racine genos sont très utilisés et nous en avons déjà évoqué quelques-uns. Mais un livre du Nouveau Testament en fait un usage massif, c'est l'évangile de Matthieu. Un évangile qui est devenu le premier livre du Nouveau Testament.

Matthieu, le livre de la naissance de Jésus-Christ

——D'emblée, Matthieu ouvre son évangile par cette phrase-titre :
– même si vous ne connaisez pas le grec, vous allez comprendre –
————Biblos geneseos Iêsou Xristou uiou Dawid uiou Abraam
C'est-à-dire en français :
——Livre de la genèse de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham
——————————————————————————(Matthieu 1,1)

——Livre de la genèse de Jésus-Christ, on peut aussi traduire “Livre de l'origine de Jésus-Christ”. L'auteur de l'évangile que nous appelons Matthieu lisait selon toute vraisemblance la Bible juive dans sa traduction grecque. Et ce n'est pas par hasard si, pour la phrase titre de son œuvre, il reprend mot pour mot la phrase qui conclue le premier récit de la création.
——Pour lui en effet, la naissance de Jésus est un événement de la même portée que la survenue, l'avènement du ciel et de la terre !
——Il est origine, principe et commencement.

——C'est sans doute, entre autres, cette phrase-titre qui a valu à l'évangile attribué à Matthieu d'être très tôt considéré comme le premier évangile, et donc d'être placé en tête de la collection des livres du Nouveau Testament.

——Mais il y a plus, dans son premier chapitre, l'évangéliste nous donne a lire une interminable généalogie, une succession d'engendrements, gennaô, et de générations, genea, –toujours cette même racine genos
——L'évangéliste fait ainsi le lien entre la première Genèse, et la seconde : “Livre de la genèse de Jésus-Crist, fils de David, fils d'Abraham”, et il le fait au travers d'une longue généalogie. Quelle drôle d'idée de commencer un livre par une généalogie !

——Mais à y regarder de plus près, cette généalogie de Jésus –encore la racine genos ...– Cette généalogie de Jésus en Matthieu recèle plusieurs suprises derrière sa monotonie apparente : Alors que l'usage de l'époque veut que dans une généaologie l'on ne retienne que les hommes (dont il nous est dit qu'ils engendrent ... ), la généalogie de Matthieu, elle, contient cinq femmes, cinq femmes pour une quarantaine d'hommes. Première surprise.
——Et quand on va voir qui sont ces femmes, une seconde surprise nous attend : il ne s'agit pas des matriarches de l'histoire d'Israël, Sarah, Rébéca, Rachel ou Léa, ni d'héroïne comme Myriam, Yaël, ou Esther, non, il s'agit de femmes incestueuses, prostituées, adultères, étrangères, ... et même l'histoire de la naissance de Jésus semble commencer comme une histoire de fille-mère !

——Pourquoi Matthieu a-t-il donc choisi ces femmes-là ?
D'habitude quand on se met en quête de ses origines ou celle d'un personnage respecté, quand on reconstruit son arbre généalogique, on prèfère valoriser les personnages héroïques, ou de “haute-naissance” comme on disait autrefois.
——Dans toute quête des origines, dans la fascination actuelle pour les origines de l'humanité, ou dans l'engouement contemporain pour la généalogie, ... dans toutes ces quêtes de son origine, de sa genèse, il y a une recherche d'identité, une quête de sens : D'où est-ce que je viens ? Quel principe préside à ma vie ?
——Et les origines valorisantes seront naturellement préférées aux origines dévalorisées par la société des gens de “bonne-naissance” ; à moins que l'on ne se rebelle contre cette injustice, et que l'on revendique alors haut et fort ces origines mal vues et donc peu avouables..

——Il y a sans doute de cela quand Matthieu commence le “livre de la genèse de Jésus-Christ”, par une généalogie subversive. Il donne à voir à des gens qui se considèrent comme “bien-nés”, que Jésus lui-même, leur Seigneur, advient au monde à la suite de tout une série d'engendrements humains et troubles qu'il assume par sa naissance.

Georges_de_La_Tour_020.jpg

Les “bien-nés” et les “pas-nés”

——Une trentaine d'années avant Matthieu, et de manière beaucoup plus concise, l'apôtre Paul avait écrit dans sa lettre aux Galates (4,4) que Jésus était “né d'une femme” ... Voilà un récit de Noël a minima ! Ça n'arrive quand même pas à tout le monde ! ... Blague à part, “né d'une femme”, Paul utilise ici ce même verbe ginomai, advenir, survenir, arriver, qui était celui du premier récit de la création. (lire Galates 3–4)
——Dans son développement, Paul explique que si Jésus est “né d'une femme”, c'est pour qu'à tous soit offert la possibilité, le cadeau de devenir enfants adoptifs de Dieu. C'est là la façon dont l'apôtre Paul parle du cadeau de Noël fait aux humains.

——Et il ne s'agit pas simplement de bonnes paroles. Cela a des conséquences sur la façon dont chacune et chacun peut reconsidérer son identité au travers de son origine, de sa genèse de sa généalogie quelle qu'elle soit. Paul développe cela dans sa 1ère lettre aux Corinthiens en utilisant précisément des mots de la familles de genos, genesis :
——L'apôtre vient de développé ce qui est au cœur de sa foi : “la parole de la Croix”. La parole de la Croix, ce message apparemment fou d'un Dieu qui révèle sa puissance libératrice dans la faiblesse d'un crucifié. Et voilà que Paul prend comme exemple les gens de la communauté de Corinthe à laquelle il s'adresse. Lisons ce passage :
——"Considérez, frères, qui vous êtes, vous que Dieu a appelés :
——il y a parmi vous, du point de vue humain, peu de gens sages,
——peu de puissants, peu de gens de noble origine ...

— ici Paul emploie le mot eugeneis = “bien né” qui a donné notre mot eugénisme– ...
——... il y a parmi vous, du point de vue humain, peu de gens sages,
——peu de puissants, peu de gens de noble origine.
——Au contraire, Dieu a choisi ce qui est folie aux yeux du monde,
——pour couvrir de honte les sages ;
——il a choisi ce qui est faiblesse pour couvrir de honte les forts ;
——il a choisi ce qui est bas ...

— ici Paul emploie le mot agenês c'est-à-dire “sans naissance” –
——... il a choisi ce qui est bas et méprisable ou qui ne vaut rien
——aux yeux du monde pour détruire ce que le monde estime important.
——Ainsi, aucun être humain ne peut se vanter devant Dieu”


——Sans doute sentez-vous le potentiel révolutionnaire de telles paroles.
——Ou si vous sentez au moins la perspective libératrice qu'elles ouvrent
——le cadeau qu'elles font à chacune et à chacun.

——Paul oppose radicalement aux catégories de la société de son temps qui valorisent ceux qui sont “bien nés”, les eu-geneis, et qui méprisent ceux qui sont “sans naissance”, les a-genês.

——Pour Paul, aux yeux de Dieu, toute revendication de “bonne naissance aux yeux du monde” –quoi que recouvre l'adjectif ‘bon’–, toute revendication de “bonne naissance” n'a aucune légitimité.
——Pour Paul, l'honneur d'être choisi et appelés par Dieu, le titre de “fils de Dieu” est reconnu à tous ; même à ceux qui sont “sans naissance aux yeux du monde”.

——De la Genèse du monde à la généalogie divine de tous,
en passant par la naissance de Jésus, cette racine genos renvoie à des questions d'identité, à des questions de sens :
——- D'où est-ce que je viens, quelle est “ma genèse” ?
——- Qu'est-ce qui me fonde, qu'est-ce qui m'enracine ?
——- Qu'est-ce qui me fait naître ? Qu'est-ce qui me fait advenir ?
——- Qu'est qui me recrée ? Qu'est-ce qui me fait renaître ?

Patrice ROLIN

—•o0O0o•—

L'article qui précède est le texte de l'émission
“Un mot de la Bible” sur Fréquence Protestante 100.7 FM
du samedi 20 décembre 2008.

—oOOOo— 

Un ouvrage collectif grand public reprenant le mot traité dans cette note, et une vingtaine d'autres mots "passés" du grec dans la langue française est disponible au éditions Passiflores : 

Des mots de la Bible. Le grec que vous parlez sans le savoir.

logos,parole,discours,logique,principe

(chaque mot fait l'objet d'une enluminure par Marie-Hellen Geoffroy)

Editions Passiflores, octobre 2010 (143 pages ; 17 €uros)

Les commentaires sont fermés.