Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une diversité originelle, “Les cercles de sagesse”

Après le mouvement du radicalisme itinérant, dont la note précédente montrait, à partir de textes du Nouveau Testament, l'existence vraisemblable, nous allons découvrir une autre mouvance du christianisme des origines :
—————————les cercles de sagesse.
Comme la précédente, cette note, et celles qui seront mises en ligne dans les prochains jours passent donc en revue les différents mouvements chrétiens connus au 1er siècle.

94d39f93c4620ec1dd82987705f2d8a9.jpg
———-(Le sermon sur la montagne, Carl Heinrich Bloch 1834-1890)

•2• Les cercles de sagesse (ou 'sapientiaux')

• Pour ces milieux, Jésus est d'abord considéré comme un maître de sagesse, voire la Sagesse même de Dieu. Nous devons à ces milieux beaucoup des paroles de Jésus recueillies par les évangiles de Matthieu et de Luc. La collection de ces paroles, paraboles, discours et enseignements de Jésus est appelée par les spécialistes “la source des logia” (=‘paroles’ en grec), ou encore “la source Q”(de l'allemand ‘Quelle’=source).
On retrouve cette compréhension de Jésus comme maître de sagesse, et des paroles parallèles dans l'évangile de Thomas.
13830522a69214c08ac91ee36f87595b.jpg
————(Papyrus du 4ème siècle témoin de l'évangile de Thomas)

• Ce mouvement semble avoir son origine en Galilée.
Il est sédentaire et semble plutôt urbain.
On pense que ces croyants d'origine juive ont durement ressenti l'échec de leur témoignage auprès de leurs coreligionnaires :
«... A qui donc comparerai-je
les gens de cette génération ?
A qui sont-ils semblables ?
Voici à quoi ils sont semblables :
à des enfants assis sur la place publique,
qui s'appellent les uns les autres pour dire :
——“Nous vous avons joué de la flûte,
——et vous n'avez pas dansé ;
——nous avons chanté des complaintes,
——et vous n'avez pas pleuré.”
Car Jean le Baptiseur est venu,
il ne mangeait pas de pain et ne buvait pas de vin,
et vous dites : “Il a un démon !”
Le Fils de l'homme est venu,
mangeant et buvant, et vous dites :
“C'est un glouton et un buveur,
un ami des collecteurs des taxes, des pécheurs !”
Mais la sagesse a été justifiée par tous ses enfants.
»
———————————————(Luc 7,31-35)
... leurs groupes semblent avoir été marginalisés voire persécutés par les autorités religieuses et politiques juives, et ils partagent les invectives de Jésus contre ces autorités :
“... Quel malheur pour vous !
Vous construisez les tombeaux des prophètes,
alors que ce sont vos pères qui les ont tués !
Vous êtes donc témoins
et vous approuvez les œuvres de vos pères,
car eux, ils ont tué les prophètes,
et vous, vous construisez !

C'est pourquoi la sagesse de Dieu a dit :
Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ;
ils en tueront et en persécuteront,
afin qu'il soit demandé compte à cette génération
du sang de tous les prophètes
qui a été répandu depuis la fondation du monde,
depuis le sang d'Abel jusqu'au sang de Zacharie,
que l'on a fait périr entre l'autel et la Maison ;
oui, je vous le dis,
il en sera demandé compte à cette génération.

Quel malheur pour vous, les spécialistes de la loi !
Vous avez enlevé la clef de la connaissance ;
vous-mêmes n'êtes pas entrés,
et ceux qui voulaient entrer,
vous les en avez empêchés.

———————————————(Luc 11,47-52 ; 12,11-12)
Cet échec de leur prédication conduit ces milieux à une radicalisation apocalyptique : le Ressuscité est non seulement présent au travers de son enseignement de sagesse, mais il inspire les prophètes de la communauté. Dans le cadre d'une théologie deutéronomiste de l'histoire du salut (= après un temps d'épreuves méritées, Dieu interviendra pour sauver les siens), ils ont la conviction de vivre la fin des temps.

• Comme le précédent mouvement (le radicalisme itinérant), ce mouvement est donc devenu un mouvement de rupture.
Ses adeptes attendent désormais le retour prochain du Fils de l'Homme qui doit venir sur les nuées :
“... Prenez garde à vous-mêmes,
de peur que votre cœur ne s'alourdisse dans les excès, les ivresses et les inquiétudes de la vie, et que ce jour n'arrive sur vous à l'improviste, comme un filet, car il viendra sur tous ceux qui habitent la surface de toute la terre.
Restez donc éveillés et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à tout ce qui va arriver et de vous tenir debout devant le Fils de l'homme.

———————————————(Luc 21,34-36)
—————(Lire l'ensemble du discours en Luc 21,5-36)

• Leur prédication place ses auditeurs devant le jugement imminent de Dieu :
“... Il (le Messie à venir) a sa fourche à la main,
il va nettoyer son aire ;
il recueillera le blé dans sa grange,
mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint pas.

———————————————(Luc 3,17)
L'auditeur est donc face à l'urgence d'un choix crucial entre la perdition et le salut :
“... Je vous le dis, à vous, mes amis :
ne craignez pas ceux qui tuent le corps
et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus.
Je vais vous montrer qui vous devez craindre.
Craignez celui qui, après avoir tué,
a l'autorité pour jeter dans la géhenne ;
oui, je vous le dis, c'est lui que vous devez craindre.
Ne vend-on pas cinq moineaux pour deux pièces ?
Cependant, pas un seul d'entre eux n'est oublié devant Dieu.
Même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
N'ayez donc pas peur ;
vous valez plus que beaucoup de moineaux.
Je vous le dis, quiconque se reconnaît en moi devant les gens, le Fils de l'homme se reconnaîtra aussi en lui devant les anges de Dieu ; mais celui qui m'aura renié devant les gens sera renié devant les anges de Dieu.

———————————————(Luc 12,4-9)
Dans la ligne des prophètes, ces croyants d'origine juive invectivent maintenant l'Israël incrédule et se lamentent sur sa malédiction :
“...Quand, approchant, Jésus vit la ville,
il pleura sur elle en disant :
«Si toi aussi tu avais su, en ce jour, comment trouver la paix !
Mais maintenant cela t'est caché.
Car des jours viendront sur toi
où tes ennemis t'entoureront de palissades,
t'encercleront et te presseront de toutes parts ;
ils t'écraseront, toi et tes enfants au milieu de toi,
et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre,
parce que tu n'as pas reconnu le temps de l'intervention divine.»

———————————————(Luc 19,41-44)

• Ce mouvement investit peu théologiquement la mort de Jésus qui, après Jean-Baptiste, meurt comme les prophètes qui l'ont précédé, et comme ses disciples qui subiront aussi le martyre :
“...Tout le peuple qui avait écouté Jésus, et les collecteurs des taxes, avaient justifié Dieu en recevant le baptême de Jean (le Baptiseur) mais les pharisiens et les spécialistes de la loi,
en ne recevant pas de lui le baptême,
avaient rejeté les décisions de Dieu à leur égard. ...

———————————————(Luc 7,29-30)
«... Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes
et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes !
Mais vous ne l'avez pas voulu.
»
——————————————— (Luc 13,34)
Pour ces milieux, la mort de Jésus éclaire donc le sens des persécutions dont semblent être victimes certains de leurs membres :
“... Heureux êtes-vous lorsque les gens vous détestent, lorsqu'ils vous excluent, vous insultent
et rejettent votre nom comme infâme,
à cause du Fils de l'homme.
Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie,
parce que votre récompense est grande dans le ciel
car c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

———————————————(Luc 6,22-23)

Du point de vue de ces milieux, la mort de Jésus, et leur persécution éclairent aussi les troubles politiques en Palestine et le sort funeste de Jérusalem :
“... Eh bien, votre maison vous est abandonnée.
Je vous le dis, vous ne me verrez plus
jusqu'à ce que vienne le moment où vous direz :
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

———————————————(Luc 13,35)

• Le “retard de la parousie [du grec “être présent”]

• Ces cercles de sagesse qui se radicalisent progressivement, comme le mouvement du radicalisme itinérant présenté dans la note précédente, se développent durant les toutes premières décennies après Jésus. Ils ont la conviction de vivre les temps derniers et vont donc subir de plein fouet la crise causée par le “retard” de l'instauration du Royaume, ou le retard du retour glorieux du Fils de l'homme, “la parousie”, sur lesquels reposait leur espérance(1). Jésus lui-même n'avait-il pas déclaré :
«... En vérité, je vous le dis,
cette génération ne passera pas
que tout cela n'arrive.
»———(Luc 21,32)
De fait ces deux mouvances radicales des premières décennies après Jésus ne résisteront pas à l'épreuve du temps. Mais leurs traditions littéraires et théologiques seront recueillies dans les synthèses ultérieures du christianisme naissant. De plus, tout au long de l'histoire, et jusqu'à aujourd'hui, des mouvements chrétiens reprendront ce flambeau d'une certaine radicalité évangélique.

Patrice ROLIN


Lire la suite de cette série :
3. La communauté de Jérusalem
Note :
(1) Sur cette crise qui semble avoir troublé beaucoup des premiers chrétiens, on pourra lire la façon dont Paul et l'évangéliste Marc recadrent leur espérance en 1 Thessaloniciens 4,13—5,11 et Marc 13.

Les commentaires sont fermés.