Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une diversité originelle, “Le radicalisme itinérant”

Contrairement à ce que l'on pense souvent, comme en témoignent les “arbres généalogiques” représentant les ramifications du christianisme depuis ses origines, celui-ci fut diversifié dès sa naissance.

c66985bb59108710368ddf7c1ef6fdf9.jpg

Les différents “mouvements de Jésus” des origines n'ont pas laissé des traces historiques et littéraires d'une même importance, certains se sont maintenus longtemps, alors que d'autres ont rapidement disparu ; d'autres peut-être encore nous sont inconnus faute de documentation.

L'étude attentive des textes du Nouveau Testament permet de proposer l'hypothèse suivante : au moins quatre mouvements judéo-chrétiens différents identifiables composent le christianisme des premières décennies après Jésus :
——• le mouvement du radicalisme itinérant,
——• les cercles sapientiaux,
——• la communauté de Jérusalem,
——• et les hellénistes.
Bien sûr ces différents mouvements évoluent au cours du premier siècle : ils se déplacent géographiquement et sociologiquement, leurs théologies se modifient en fonction des changements de situation et des nouveaux défis rencontrés, des synthèses ou des divisions s'opèrent, de nouvelles interprétations apparaissent.
Cette note, et celles qui seront mises en ligne dans les prochains jours passent en revue ces différents mouvements au premier siècle.

•1• Les MISSIONNAIRES GALILÉENS
———————ou Le RADICALISME ITINÉRANT

Ceux qui appartiennent à ce mouvement ont compris le message de Jésus de manière radicale, ils se reconnaissent dans les disciples que Jésus appelle et qui ont tout abandonné pour le suivre sur les chemins de Galilée

“... En passant au bord de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, frère de Simon, qui jetaient leurs filets dans la mer – car ils étaient pêcheurs.
Jésus leur dit :
——«Venez à ma suite,
——et je vous ferai devenir pêcheurs d'humains.»
Aussitôt ils laissèrent leurs filets et le suivirent.
En allant un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient aussi dans leur bateau, à réparer les filets.
Aussitôt il les appela ; ils laissèrent leur père Zébédée dans le bateau avec les employés, et ils s'en allèrent à sa suite.

————————————————————(Marc 1,16-20)
19185c8fb0a76196b3ae9cb11e5e7010.jpg

(L'appel de Simon et André, DUCCIO di Buoninsegna 1250/60-1318)

Parmi eux et à leur tête nous trouvons Pierre (aussi appelé Simon ou Céphas), figure emblématique de ce mouvement :

“... Pierre se mit à dire à Jésus :
——«Nous, nous avons tout quitté pour te suivre.»
Jésus répondit :
——«Amen, je vous le dis, il n'est personne qui ait quitté, à cause de moi et de la bonne nouvelle, maison, frères, soeurs, mère, père, enfants ou terres,et qui ne reçoive au centuple, dans le temps présent, maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres – avec des persécutions – et, dans le monde qui vient, la vie éternelle.»

————————————————————(Marc 10,28-30)

Ces gens viennent des petites villes juives de Galilée et appartiennent au milieu des petits entrepreneurs, des commerçants et artisans, des collecteurs d'impôts ...
C'est sur leur lieu de vie qu'ils ont connu Jésus. Ils se sont mis en route, trouvant un idéal dans la force libératrice de l'annonce du Royaume. Ils ont suivi Jésus sur les chemins de Galilée et de Palestine. Après Pâques ils ont poursuivi l'œuvre de celui qui les avaient appelés et ont élargi leur mission bien au-delà.

L'adhésion à ce mouvement est vécue comme une rupture:

“... La mère de Jésus et ses frères arrivent ;
se tenant dehors, ils le firent appeler.
La foule était assise autour de lui et on lui dit :
——«Ta mère, tes frères et tes soeurs sont dehors,
——et ils te cherchent.»
Il répond :
——«Ma mère et mes frères, qui est-ce ?»
Puis, promenant ses regards sur ceux
qui étaient assis tout autour de lui, il dit :
——«Voici ma mère et mes frères !
——En effet, quiconque fait la volonté de Dieu,
——celui-là est mon frère, ma sœur et ma mère.»

————————————————————(Marc 3,31-35)

Pour ceux qui partagent cette compréhension, l'irruption du Royaume requiert une conversion immédiate :

Après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée ;
il proclamait la bonne nouvelle de Dieu et disait :
«Le temps est accompli et le règne de Dieu s'est approché.
Changez radicalement et croyez à la bonne nouvelle.»

————————————————————(Marc 1,14-15)


Le cœur du message de ce mouvement est l'annonce du Royaume comme une réalité existentielle déjà présente, et qui requiert toute la personne ; les guérisons, les exorcismes, les libérations qui accompagnent leur prédication en sont les signes :

“...Jésus parcourait les villages d'alentour en enseignant.
Ayant appelé les Douze, il se mit à les envoyer deux à deux, en leur donnant autorité sur les esprits impurs.

Il leur enjoignit de ne rien prendre pour la route, sinon un bâton seulement ; ni pain, ni sac, ni monnaie de bronze à la ceinture, mais – disait-il – «chaussez-vous de sandales et ne mettez pas deux tuniques.»
Il leur disait encore :
«Lorsque vous serez entrés dans une maison,
demeurez-y jusqu'à ce que vous quittiez l'endroit.
Et si quelque part les gens ne veulent pas vous accueillir ni vous écouter,
en partant de là, secouez la poussière de vos pieds ;
ce sera pour eux un témoignage.»

Ils partirent et proclamèrent qu'il fallait changer radicalement.
Ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des applications d'huile à beaucoup de malades et les guérissaient.

————————————————————(Marc 6,6b-13)


Dans ce cette perspective, la Croix n'a pas de signification théologique particulière, la mort de Jésus est le lot de ceux qui vivent et annoncent le Royaume:

“...Puis Jésus appela la foule avec ses disciples et leur dit :
——«Si quelqu'un veut me suivre,
——qu'il renonce à lui-même,
——qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive.
——Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra,
——mais quiconque perdra sa vie à cause de moi
——et de la bonne nouvelle la sauvera.
——Et à quoi sert-il à un être humain
——de gagner le monde entier,
——s'il perd sa vie ?»

————————————————————(Marc 8,34-36)

La Résurrection est le signe par excellence de la puissance thérapeutique et libératrice du Royaume:

“...Ne vous effrayez pas ; vous cherchez Jésus le Nazaréen, le crucifié ; il s'est réveillé, il n'est pas ici ; voici le lieu où on l'avait mis. Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée :
c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit.

————————————————————(Marc 16,6-7)


Ce mouvement du “radicalisme itinérant” se comprend donc dans la continuation directe du ministère itinérant de proclamation et de guérison de Jésus en Galilée. Dans l'histoire du christianisme ultérieur, de nombreux mouvements s'inspireront de cet idéal, pensons par exemple aux alentours du 12èmesiècle aux différents ordres de moines mendiants, ou plus près de nous à l'idéal missionnaire.

Patrice ROLIN

—•o0O0o•—
Lire la suite de cette série :
2. Les cercles de sagesse
—•o0O0o•—


Pour en savoir plus sur ce mouvement et les premières décennies du christianisme naissant, parmi de nombreux ouvrages, lire :

• Pour une introduction simple et générale :
——Le christianisme à l'école de la diversité,
——histoire des premières générations
,
——François VOUGA, aux éditions du Moulin 2005.
• Pour une introduction générale "grand public" :
——Jésus après Jésus, l'origine du christianisme,
——Gérard MORDILLAT et Jérôme PRIEUR, au Seuil 2004.
• Pour une introduction générale et approfondie :
——Les premiers pas du christianisme,
——les écrits, les acteurs, les débats
,
——François VOUGA, chez Labor et Fides 1997.
• Pour approfondir sur "le mouvement de Pierre" :
——Histoire sociale du christianisme primitif,
—— Gerd THEISSEN, chez Labor et Fides 1996.
• Pour approfondir sur "le devenir de la figure de Pierre":
——Devenir Pierre : un destin d'apôtre,
—— Cahier Biblique 46 de Foi & Vie, vol.CVI/4, nov. 2007.

Les commentaires sont fermés.