Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EPITHYMIA, la convoitise

Epithymia, la convoitise, un mot grec qui, dans la Bible traduit l'hébreu ‘aWaH lequel vient lui-même d'un verbe signifiant plaire, être agréable ;
7557147c71d3c1af5558703495bd781c.jpg
——Qu’est-ce la convoitise ?
———C’est un désir, mais le désir est bon !
————L’homme se définit d’ailleurs comme un être de désir.
La convoitise est un désir qualifié négativement, un désir immodéré, une avidité qui va au-delà de la juste mesure et fait déraper vers le malheur, voire la mort.

Un mot de la Bible,
———————————————————par Odile Bertrand ...

Les livres de sagesse mettent en garde contre la convoitise.
Ainsi le Siracide (18,30) déclare : “Ne te laisse pas entraîner par tes désirs et réfrène tes convoitises .
Pourquoi ? Parce que la convoitise déshumanise l’homme d’après le livre des Proverbes :
le paresseux convoite, mais sans âme.” (13,4) ; elle l’entraîne au mal : “c’est un vice que d’avoir l’œil avide.” (Siracide 31,13) ; elle l’enchaîne, lui ôtant sa puissance de discernement : “Que la beauté d’une femme ne te captive pas.” (Proverbes 6,25)

Et dans la Torah, le Deutéronome 5,21 reprenant le code de l’Alliance de l’Exode déclare :
Tu ne convoiteras pas , ni la femme de ton prochain, ni la maison , ni le champs … ni rien qui lui appartienne ».
Et ceci pour rester fidèle à la parole du Seigneur.

Jésus, à son tour, insistera sur cette racine du mal :
Quiconque regarde une femme avec convoitise, a déjà, dans son cœur, commis l’adultère avec elle.
———————————————————(Matthieu 5,28)
La vigilance s’impose donc, c’est que la parole semée largement est facilement étouffée :
les soucis du monde, la séduction des richesses, et les autres convoitises s’introduisent et étouffent la parole.———————————————(Marc 4,19)

La première lettre de Jean explique :
que la convoitise de la chair (= l’homme soumis à la mort), la convoitise des yeux et la confiance orgueilleuse dans les biens, ne provient pas du Père, mais provient du monde——————(1 Jean 2,16)
Aussi l'auteur ajoute-t-il :
Si quelqu’un aime le monde,
l’amour du Père n’est pas en lui.
Dans l'évangile de Jean, le monde a toujours une connotation négative, il est une figure de l'opposition à Jésus, mais est malgré tout promis au salut.
la première lettre Pierre (4,2) précise que la convoitise vient de l’homme lui-même :
vivre le temps qui reste, non selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu.
Le coeur de l’homme est trop souvent partagé, insuffisamment humanisé.

Paul, en route vers Jérusalem peut affirmer aux anciens d’Ephèse, que la convoitise ne l’a jamais atteint :
« Je n’ai convoité ni l’or ni l’argent
ni le vêtement de personne.
»———— (Actes 20,33)
(du moins depuis que Christ s’est manifesté à lui ...)
Il écrit aux Romains que :
le péché ne règne plus dans votre corps mortel
pour vous faire obéir à ses convoitises

———————————————————(Romains 6,12)
C’est que Paul a une conscience aiguë du péché –non pas des péchés, qui ne sont que le symptôme du péché, car lui ,qui fut impeccable vis-à-vis de la Loi de ses pères, a découvert grâce à l’illumination de Damas, que son obéissance était animée par la convoitise.
Face à Dieu, aligner ses mérites, penser que la salut vient de ses propres performances vertueuses, c’est pécher ; c’est consentir à un désir de toute puissance, c’est être soi-même l’auteur de son salut, c’est mériter la grâce, deux mots qui s’excluent l’un l’autre. Etre maître de son salut, c’est mourir à Dieu.

C’est cela que fait comprendre le récit de la Genèse (lire le récit complet) :
La femme voit que l’arbre est bien à manger,
appétissant pour les yeux, et convoitable, l’arbre, pour rendre perspicace.
Elle en prit un fruit, dont elle mangea,
elle en donna aussi à son mari qui était avec elle,
et il en mangea.
——(Genèse 3,6 ; traduction Chouraqui)
9a5084027899ba5714294033e6f2d0f5.jpg
Au passage, ouvrons une parenthèse sur ces deux verbes, prendre et manger, que Jésus emploiera dans un sens totalement inversé lors de la dernière Cène ; non pour s’accaparer, mais pour donner, non pour la mort mais pour la vie de toute l’humanité. Est-ce fortuit ? ...

Les humains ont donc cédé au serpent, figure de leur propre convoitise ? Et en conséquence de cette manducation, ils s’aperçoivent qu’ils sont nus, fragiles. Mais la convoitise obscurcit alors leur regard, fait régner la méfiance, défigure autrui en rival à éliminer ; et après s’être cachés l’un à l’autre, c’est aux yeux du Seigneur qu’ils cherchent à se dérober.La convoitise pousse à accaparer, avoir, avoir toujours plus pour obtenir un supplément d’être ! Elle est un refus de limite, refus de la finitude. Quelle erreur.
La convoitise tue la relation véritable et instaure des relations de domination :
Ta passion te poussera vers ton homme,
et lui te dominera.
—————————(Genèse3,16)
Le Seigneur ne peut alors être, comme l’insinue le serpent, qu’un Dieu jaloux … Ce serpent est la représentation de notre convoitise, la part de nous-même qu’il faut humaniser.
Ainsi Jacques écrit-il :
Chacun est tenté par sa propre convoitise
qui l’entraîne et le séduit.
——————(Jacques 1,14)
La convoitise pousse non seulement à accaparer mais à tuer. C’est ainsi que le premier engendré de la Bible, Caïn, devient le premier meurtrier, victime de cette convoitise présente en lui et qu’il n’a pas maîtrisée (Lire ce récit):
Caïn attaqua son frère Abel, et le tua.
————————————————————(Genèse 4,6)
Si la convoitise est figurée par un animal, c’est qu’elle est inhumaine, elle casse les relation ; c’est elle qui fait l’objet de la première malédiction de la Bible :
Le Seigneur dit au serpent : «Parce que tu as fait cela tu seras maudit … tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière ; je mettrai l’inimitié entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance ...»——————————(Genèse 3,14)
Rampante et sournoise, la convoitise se nourrit de poussière c’est-à-dire de mort, mais entre la descendance de la femme et la convoitise le Seigneur promet d’instaurer une lutte où les humains l’emporteront.
0755f8dba916ee76f0c1dd119078d71b.jpg
En fait ce récit raconte comment Dieu fait corps avec les humains pour faire échec à la convoitise et à la mort. L’homme ne peut vivre sans relation et le Seigneur l’incite à agir bien :
Le Seigneur dit à Caïn :
«Pourquoi t’irrites-tu
et pourquoi ton visage est-il abattu ?
Si tu agis bien ne le relèveras-tu pas ?
Si tu n’agis pas bien, le péché tapi à ta porte,
te convoite, mais toi domine-le.»

———————————————————(Genèse 4,6-7)
Ainsi l’homme s’humanisera et vivra. C’est l'appel qui retentit tout au long de la Bible …

Tout ce qui vient de Dieu est au service de la vie. Mais cette parole de vie est pervertie par la convoitise qui s’en empare et la déforme :
Le serpent dit à la femme :
«mais non, vous ne mourrez pas …»
———————————————————(Genèse 3,4)
La parole ne suffit donc pas pour maîtriser la convoitise. Il faut démasquer le mensonge pour ruser avec lui, être plus astucieux que le serpent “la plus astucieuse de toutes les bêtes de champs (Genèse 3,1).

C’est ce que fait le livre de la Sagesse : le chapitre 2 est une relecture du récit de l’Eden. Je vous invite vous-même à le relire.
Sagesse 2,1-5, part du constat de la mort inéluctable. En réaction dans Sagesse 2,6-9, la convoitise parle et conseille d’accaparer ce qui est donné :
———« Allons, jouissons des biens présents. » (verset 6)
Mais cette convoitise engendre la domination (2,10) :
———« Opprimons le pauvre, n’épargnons pas la veuve » ;
elle va jusqu’à persécuter le juste... qui lui semble un reproche vivant —allusion au meurtre d’Abel– ;
———« Traquons le juste ,il nous gêne »… (verset 12) ;
———« Il est devenu un reproche vivant pour nos pensées. »
——————————————————————(verset 14)
Mais le sage dénonce ce raisonnement mensonger :
———« Dieu a créé l’homme pour une existence incorruptible,
———et Il l’a fait image de ce qu’il possède en propre.
»
——————————————————————(versets 21 et suivants)
Enfin le verset 24 nous apporte la conclusion de l’auteur :
———«C’est par la convoitise du diable
———que la mort est entrée dans le monde.
»

La convoitise divise et tue la relation, elle est bien “du diable” (selon l’étymologie du mot diabolos, “celui qui désunit et sépare”).
Si Dieu pose un interdit : « Tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance » (Genèse 2,16-17) C’est aussi pour la vie de l’homme. Vouloir tout pour soi, tout accaparer c’est se fermer à le relation qui est vitale.

L’antidote à la convoitise, c’est l’ouverture aux autres, le partage des joies et des peines. En tuant son frère, Caïn s’est maudit, il est littéralement “maudit du sol”. Etre maudit c’est être marqué par la mort, porter la mort en soi ; ainsi Caïn est le premier homme maudit le la Bible. Adam qui a refusé Dieu n’est pas maudit, Caïn l’est parce qu’il a tué son frère par jalousie.

Aussi Paul dira-t-il aux Romains :
Revêtez le Seigneur Jésus Christ
et ne vous abandonnez pas aux préoccupations de la chair pour en satisfaire les convoitises.
—————————————————(Romains 13,14)
et aux Galates :
C’est à la liberté que vous avez été appelés,
par l’amour mettez vous au service les uns des autres.
————————————(Galates 5,13)

Odile BERTRAND


—•o0O0o•—

L'article qui précède est le texte de l'émission
“Un mot de la Bible” sur Fréquence Protestante 100.7 FM
du samedi 29 septembre 2007.

Les commentaires sont fermés.