Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NOMOS, loi

La loi, en grec nomos, en hébreu TôRaH. Mais la Torah, c’est aussi le Pentateuque, c’est à dire “les cinq rouleaux”, les cinq premiers livres de la Bible, dont la Loi est une composante.
Mot important de la Bible, la Loi est célébrée par le psalmiste :

Comme je l’aime ta Loi Seigneur,
plus que l‘or et l’or le plus fin.

Ta Loi fait mes délices
Psaume 119 (lire ce psaume)
medium_jew.jpg
Juif tenant un rouleau de la Torah, Chagall


Après en avoir rappelé l’origine , la finalité et les exigences, cette note essaiera de montrer en quoi la Loi peut encore faire nos délices.

Un mot de la Bible,
par Odile Bertrand ...

L’origine de la Loi c’est Dieu et son projet d’amour

———J’ai vu la misère de mon peuple,
———————j’ai entendu son cri,
———————je suis descendu pour le délivrer.

——————————————————Exode 3,7

Dieu décide d’intervenir dans la vie d’un groupe d’hommes hébreux, esclaves du pharaon, pour les faire naître à la liberté et les rassembler en une nation sainte.
Après la sortie d’Egypte, durant la traversée du désert, Dieu parle et peu à peu, grâce à ce lien exclusif, un peuple se constitue.
Mais il lui faut se purifier, renoncer aux diverses séductions, au chaudron de viande, au pain à satiété d’hier :

«Ah ! Si nous étions morts de la main du Seigneur au pays d’Egypte, quand nous étions assis près du chaudron de viande, quand nous mangions du pain à satiété ! Vous nous avez fait sortir dans ce désert, pour laisser mourir de faim toute cette assemblée.»
—————————————————Exode16,3

Il lui faut cesser de murmurer contre Moïse à cause de la rudesse de la vie ...

Le peuple murmura contre Moïse en disant :
«que boirons-nous ?»
——Exode 15,24 et 17,3

... pour que Dieu fasse le don d’une Loi.
Cette Loi, ou Décalogue, c’est à dire “dix paroles”, est une charte où sont consignées les exigences de Dieu (Exode 20) et qui va fonder l’originalité d’Israël et sa différence.
Puis vont s’ajouter des devoirs présidant à la vie quotidienne en Terre Promise ; ce sera alors le signe de l’Alliance-Election (Lévitique 17) : gravé dans la chair des mâles le signe de cette Alliance les distinguera des incirconcis environnants :

Gardez mes lois et mes coutumes,
car c’est en les mettant en pratique
que l’homme vivra.

—————————————————Lévitique 18,5


La Loi s’identifiera peu à peu au Pentateuque où sont consignés les relations de Dieu et de son peuple. Puis après l’Exil, après la destruction du Temple, la Loi, écrite, lue, méditée deviendra le seul signe témoin du passage de Dieu et de son alliance. Car “c’est en les mettant en pratique que l’homme vivra

Si ce peuple choisi suit ce chemin de fidélité, il réalisera son profond désir de vie et de bonheur.
Se soustraire à ce chemin, en revanche, c’est choisir la mort.
Alternative exprimée dans le Deutéronome :

Vois, j’ai placé aujourd’hui devant toi,
la vie et le bonheur, la mort et le malheur...

—————————————————Deutéronome 30,15

Ainsi, la Loi vient de Dieu, elle est énoncée pour le bonheur d’Israël d’abord, puis de toutes les nations ensuite.

Quelles sont les exigences de cette Loi ?

La loi essentielle est exprimée en Lévitique 19,1 à 3 :
———«Saints, vous serez, car Saint Je suis.»
En effet, ce peuple doit vivre séparé, c’est la signification du mot ‘saint’, ‘mis à part’ pour témoigner de son Dieu devant les nations. D’où les nombreux interdits exprimés en Exode 20 (lire ce texte):
———«Tu n’auras pas, …»
———«Tu ne feras pas …»
———«Tu ne commettras pas …»

medium_table_loi_synag.3.jpg


Ces interdits s’élèvent contre ce qui détruit l’homme.
Ils signalent à partir de quel comportement Israël sort du chemin de la vie pour entrer dans l’errance.
La Loi est donc une barrière contre l’arbitraire et ne doit jamais être séparée de Dieu qui lui confère sa valeur. Ses préceptes balisent un chemin de justice.

Or, la justice la plus élémentaire consiste à laisser à autrui son droit essentiel : celui de vivre.
C’est pourquoi l’interdit «Tu ne commettras pas de meurtre.» (Exode 20,13), est le cœur de la Loi, parce que, tous les autres méfaits ont quelque chose à voir avec le meurtre. A chaque fois par exemple qu’une personne est instrumentalisée, réduite à l’état d’objet, rendue corvéable à merci, on tue en elle sa dignité.

Quant à la première parole qui concerne Dieu, elle est fondamentale :

«C'est le Seigneur, ton Dieu,
qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte,
de la maison de servitude.
Tu n’auras pas d’autres dieux face à moi,
tu ne feras pas d’idole,
ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel.
»
—————————————Exode 20,2-4

Israël sera différent des peuples environnants parce que le Dieu qui lui a parlé dans le désert et lui parle par les prophètes, aura un nom mais pas d’image.
Pas de construction d’idole car l’idole est mensongère, voire meurtrière : on lui sacrifie tout, et ce faisant, on élimine Dieu et l'autre.

Or si le Décalogue indique le négatif, c’est à dire au delà de quelles limites nous cessons d’aimer, il n’indique pas le positif : comment aimer.
C’est que l’amour, même s’il emprunte le chemin balisé par la Loi, est d’une autre nature.
Et pour rester amour, l’amour peut aller jusqu'à transgresser la Loi.

Par exemple la loi du Sabbat «Tu ne feras ce jour là aucun ouvrage» (Exode 20,9). Ce précepte génère la liberté car il permet de ne pas devenir esclave du travail et de l’argent qui en découle, argent qui devient facilement idole et donc mortifère. Mais ne pas faire d’ouvrage ce n’est pas refuser de rendre service ou de se rendre service.
Ainsi en Matthieu 12,1 à 8 (lire ce récit):

Un jour de sabbat, Jésus vint à passer à travers des champs de blé. Ses disciples eurent faim et se mirent à arracher des épis et à les manger. Voyant cela, les pharisiens lui dirent : «Vois tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat.»”

A cela Jésus répondit :

«Si vous aviez compris ; c’est la miséricorde que Je veux, non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ces hommes qui ne sont pas en faute.»

Une autre fois, en Matthieu 23,23, Jésus ne reproche pas aux scribes et aux pharisiens d’observer le Loi mais d’en négliger les points les plus importants :

«Malheur à vous scribes et pharisiens hypocrites,
vous qui versez la dîme de la menthe du fenouil et du cumin,
alors que vous négligez ce qu‘il y a de plus grand dans la Loi,
la justice, la miséricorde et la fidélité.
»

Au fil du temps la loi s’était alourdie de préceptes multiples donnant prise à la déviance du légalisme au détriment de l’esprit de la Loi qui est amour.

Un exemple nous est donné dans le livre de Ruth la loi disait Lévitique 19,9 :

Tu ne moissonneras pas ton champ jusqu’au bord et tu ne ramasseras pas la glanure de la moisson. Tu ne grapilleras pas non plus ta vigne, et tu n’y ramasseras pas les fruits tombés ; tu les abandonneras au pauvre et à l’immigré.

Ruth avait un triple droit de glaner, en tant que pauvre, veuve et étrangère. Mais les pauvres alors ne pouvaient glaner qu’avec la permission du propriétaire du champ (Ruth 2,7).
Le droit du pauvre était devenu aumône du riche.

Parfois l’évolution est positive
Ainsi en a-t-il été pour la loi du Talion :

Si malheur arrive, tu paieras vie pour vie, œil pour œil ,dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure , blessure pour blessure.
——————————————————Exode 21,23

Cette loi qui assurait une certaine équité fut rectifiée par la sagesse des hommes.

Ne dis pas comme il m’a fait , je lui ferai.
Car c’est l’affaire du Seigneur de rendre
à chacun selon son œuvre

——————————————————Proverbes 24,29

De même le regard sur l’ennemi, toujours positif d’ailleurs, a évolué. Ainsi

Si tu vois l’âne de ton ennemi qui ploie sous sa charge,
loin de l’abandonner, tu viendras à son aide.

——————————————————Exode 23,5

Ce qui devient :

Ne te réjouis pas de la chute de ton ennemi,
ne saute pas de joie quand il perd pied.

——————————————————Proverbes 24,17



Il faut attendre le Nouveau testament pour entendre “aimez vos ennemis” en Matthieu 5,43.
Certes, Lévitique 19,17 ordonnait déjà d’aimer son prochain comme soi-même ; mais Jésus de Nazareth va plus loin ; Lui qui est venu accomplir la loi, c’est à dire la porter à son achèvement.

Un jour, un scribe demande à Jésus quel est le premier de tous les commandements. Jésus ne répond pas en citant un commandement mais deux (lire ce passage):

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur,
de toute ton âme de toute ta pensée et de toute ta force.
Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même
»
——————————————————Marc 12,28

Jésus veut dire que le premier commandement passe par le second. L’amour de Dieu que je ne vois pas passe par l’amour du prochain que je vois.
La nouveauté n’est pas dans les idées mais dans le fait que Jésus donne à ces deux préceptes une égale importance ; elle est aussi dans la concentration de la Loi en ces commandements. Paul ira jusqu’à dire :

Toute la Loi atteint sa perfection dans un seul commandement : Tu aimeras ton prochain comme toi-même
——————————————————Galates 5,14

Et

Celui qui aime son prochain a pleinement accompli la Loi.
——————————————————Romains 13,8

En effet, Jésus s’est identifié au prochain :

«En vérité je vous le déclare,
chaque fois que vous l’avez fait
à l’un de ces plus petits qui sont mes frères,
c’est à Moi que vous l’avez fait.
»
——————————————————Matthieu 26,40


La primauté de l’amour du prochain

Dans l‘évangile de Jean, Jésus délivre un nouveau message. Il s’agit de l’épisode de “la femme adultère”(Lire ce récit). On amène à Jésus une femme prise en flagrant délit d'adultère en disant :

«Moïse ordonne de lapider ces femmes là.»
——————————————————Jean 8,5

Ce qu'oublient de dire ceux qui ont traîné la femme devant Jésus, c'est que cette prescription s'applique aussi aux hommes : “ils seront mis à mort, l’homme aussi bien que la femme” (Lévitique 20,10), mais bizarrement, dans l'histoire de la femme adultère, les scribes et les pharisiens ne semblent avoir arrêté que la femme ...
En fait les accusateurs veulent prendre Jésus à leur piège, car pensent-ils Jésus ne manquera pas, au nom de la miséricorde, de transgresser la Loi. Or Jésus n’en fera rien. Il n’abolira pas la Loi, car il sait que le péché est toujours mortifère, mais la nouveauté est du côté de celui qui appliquera la sentence :

«Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre.»
——————————————————Jean 8,7

Personne ne peut jeter de pierre, sinon Jésus qui refuse «Moi non plus je ne te condamne pas.»
Nous apprenons par là que, s’il est possible de sortir du péché, c’est à dire du pays de la mort, c’est parce que le Christ renonce à condamner .

Cependant la Loi continue de valoir. Mais Paul nous explique que le Christ, en sa propre chair, a accompli le verdict de la Loi :

Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant son propre Fils dans la condition de notre chair de péché, afin que la justice exigée par la Loi, soit accomplie en nous.
—————————————————Romains 8,3 et 4

La Justice est la conformité à la volonté de Dieu. Il n’y a donc plus aucune condamnation pour ceux qui donnent leur confiance au Christ, car Il a pris sur lui toute condamnation.

Ainsi la loi mosaïque recelait en quelque sorte son propre dépassement. Elle était la Loi de la sortie de l’esclavage d’Egypte vers la Liberté. Sa source, c’était l’Amour. Cet amour fait craquer maintenant sa gangue légale et vient au premier plan.

Jésus est venu ; Il n’a pas aboli la Loi, il l'a ‘accomplie’, ‘achevée’ (c'est le sens du terme grec ):

«Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les prophètes.
Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. .../...
Pas un seul iota ou un seul trait de lettre de la Loi ne passera que tout ne soit réalisé.
»
—————————————————Matthieu 5,17-18

Mais Il l’a ramenée à l’essentiel : à l’amour du prochain qui sont ses frères ; Il l’a radicalisée :

«Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu.»
—————————————————Matthieu 5,20

Jésus serait-il plus légaliste que les pharisiens ?
En fait, la logique de cette série de radicalisations est tout autre.
Jésus la conclut en effet ainsi :

«Soyez parfait
comme votre Père céleste est parfait.
» (!)
—————————————————Matthieu 5,48

Comment entendre une telle injonction extrême ?
Qui serait assez orgueilleux ou fou pour prétendre y satisfaire ?
Sinon, n'est-ce pas un chemin d'échec et de culpabilisation ?
C'est que Jésus pousse jusqu'à l'absurdité la logique légaliste pour ouvrir ses auditeurs à la grâce de Dieu.
Jésus a bien “achevé” la Loi comme moyen de salut.
Ainsi pouvons-nous vivre dans liberté des enfants de Dieu, occupés à aimer :

Faisons le bien sans défaillance
—————————————————Galates 10,9

Le Royaume de Dieu nous est ouvert,
grâce à l’amour inouï de Dieu.
Ainsi compris, le chemin de la Loi est bien chemin de Vie.

Comme je l’aime ta Loi Seigneur ...
——————————————... ta Loi fait mes délices.

————————————————Psaume 119
————————————————(relire ce psaume)

Odile BERTRAND

—•o0O0o•—

L'article qui précède est le texte de l'émission
“Un mot de la Bible” sur Fréquence Protestante 100.7 FM
du samedi 19 mai 2007.

—•o0O0o•—

En lien avec cet article, lire :

Entre impératif et futur : commandements ou promesses ?

Exode 20, 1-17 : "Les dix commandemants"


http://biblique.blogspirit.com/archive/2012/10/02/entre-imperatif-et-futur-commandement-ou-promesses.html

Les commentaires sont fermés.