Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MOAB : étranger, comme toi-même !

Dans le livre de Ruth (lire ce livre), l'héroïne principale, qui a donné son nom au livre, est presque systématiquement mentionnée comme “Ruth, la Moabite”. Dans l'article qui suit, Corinne Lanoir propose de découvrir ce que représentent Moab et les Moabites pour le lecteur de la Bible Hébraïque.

1. Les textes

Pour le peuple d'Israël, le pays de Moab et ses moabites fait partie des proches voisins avec qui la cohabitation est inévitable, souvent difficile et parfois riche (voir la carte). De nombreux textes parlent des relations entre israélites et moabites, en des termes très différents.
On pourra lire la liste de textes suivants (qui n'est pas exhaustive !), en repérant à chaque fois comment sont présentés les moabites : amis, ennemis, membres de la famille, étrangers, peuple respectable ou abominable, etc ... et comment sont présentées les relations Israël/ Moab :

medium_DSCN3157_1.JPG- Genèse 19,30-38 ;
- Le livre de Ruth ;
- Deutéronome 23,4-9 ;
- Néhémie I3,1-3 ;
- Nombres 22—24 ;
- Juges 3,12-30 ;
- 1 Samuel 22,1-5 ;
- 2 Samuel 8,1-2
- Amos 2 ; Psaume 60 ;

• Quel profil des relations Israël/Moab se dégage-t-il après toutes ces lectures ?

• Ces textes reflètent-ils une ligne de pensée unique ?

• Quel sens prend le livre de Ruth si on le lit comme une réponse à Néhémie 13 ?

• Quel sens prend le récit de Juges 3 si on le lit comme une caricature, une sorte d'histoire d'“Astérix chez les Moabites” ou “Ehud le petit malin chez Eglon le gros crétin” ?

2. Mélanges et proximités

Dans les récits bibliques, Moab désigne une région située immédiatement à l'est de la mer morte (voir la carte) et le peuple qui l'occupe : un territoire d'environ 90 km (N/S) sur 25km (E/O) constitué d'un plateau à 1OOO mètres d'altitude, bien arrosé l'hiver et constituant un assez bon terrain agricole, traditionnellement délimité par deux cours d'eau points de repères des frontières nord et sud. La région du Nord, d'un accès plus facile, autour du torrent de l'Arnon, semble avoir changé souvent de mains et avoir été le lieu de combats et d'alliances diverses.

Plusieurs textes bibliques revendiquent des droits du peuple d'Israël à occuper ce plateau en affirmant que Moïse a conquis toute cette région Nord de l'Arnon sur un roi Amorite Sihon et qu'il a attribué l'ensemble du plateau conquis aux tribus de Gad et Ruben (Nombres 21,21-31 ; Deutéronome 2,26-37 ; Juges 11,12-28) ; cependant, d'autres passages affirment que Moab s'étend beaucoup plus au Nord jusqu'à Heshbon et Eléalé (Isaïe 15—16 ; Jérémie 48); et en Nombres 21, il est bien difficile de savoir si le problème territorial est avec les amorites ou avec Moab.

Cette situation de mélange et de flou des frontières et des territoires apparaît aussi dans un document moabite: la stèle de mésha qu'on date du 9ème siècle av. J.C. Sur cette pierre, le roi moabite Mésha présente son règne et ses oeuvres, se glorifie d'avoir alors repris la région du Nord de l'Arnon sur le roi des Israélites mais mentionne en même temps la présence d'éléments israélites dans sa population :
Et les hommes de Gad ont toujours habité dans la région d'Ataroth et le roi d'Israël a construit Ataroth pour eux
———————————————————— (lignes 10-11)
medium_mesha_stele.jpg

En outre, les déclarations du roi Mesha dans cette stèle affirmant une relation entre son Dieu Chemosh et son peuple qui provoque sa victoire au combat lorsqu'il le soutient et sa défaite lorsqu'il l'abandonne rappellent étroitement certaines déclarations sur les relations entre Yahvé et le peuple d'Israël.
L'archéologie met aussi en évidence de très fortes proximités de styles de vie et de matériel culturel entre les moabites et leurs voisins immédiats, Israël inclus : style de poteries, langage et écriture, habitat, etc ...
Cette rivalité dans la proximité, ce conflit intime sont également présent dans la prophétie d'Amos (Amos 2) où dans la même tirade, un oracle de jugement est prononcé sur Moab, suivi d'un oracle de jugement sur les deux royaumes d'Israël et de Juda. Jugés à la même aune, ils vont subir la même colère du Seigneur des nations.

C'est par rapport à cette situation d'étranger proche, si proche qu'il est difficile de savoir comment se situer par rapport à lui mais sur qui on a plein d'histoire à raconter que les textes prennent position ; faut-il l'exclure, le montrer du doigt comme différent, faut-il l'inclure, faut-il cohabiter avec lui ? Les textes affichent différentes positions, à partir des options idéologiques de ceux qui les rédigent. Ils ne font pas d'histoire, ils interprètent idéologiquement et théologiquement une situation et créent un débat dans lequel nous, lecteurs pouvons rentrer.

3. Etranger : danger / Etranger : solidarité

C'est entre ces deux pôles que vont et viennent les récits.
Si ces textes ne font pas d'histoire, ils ne font pas de morale non plus : tout est dit : la peur de ceux dont on dit que leur pays était habité par des géants (Deutéronome 2,10), la méfiance envers qui est né, dit-on, d'une parente incestueuse (Genèse 19), le désir d'éliminer tous ces gros incapables (Juges 3), de les dominer ou de les maudire, de les exclure de l'assemblée au nom du passé (Néhémie 13,1) ; mettre tout cela sur la table permet peut-être d'en sortir, de dépasser ces sentiments et de construire autre chose ; peut-être tout simplement de vivre ensemble dans une histoire où chacun fait un bout de chemin et donne une place à l'autre, comme dans l'histoire de Ruth. Voici alors une thèse pour nos communautés : l'étranger cesse de l'être lorqu'on a des histoires à raconter sur lui et sur notre coexistence avec lui ; discutons-la et racontons !

Corinne LANOIR


Corinne Lanoir est intervenu lors de la session biblique du 3 février 2007 sur le thème “Intégration et exclusion dans l'Ancien Testament, qui fait partie d'Israël ?”, avec Jean-Pierre Molina à Grenelle.
Pour voir l'album photo de cette session, cliquer ici.


—•o0O0o•—
En lien avec cette, on lira sur biblique.fr
• “Droit du sol, droit du sang” (par Jean-Pierre Molina)
• “Terre conquise, terre d'asile, terre promise” (par J-P Molina)
Dans la rubrique “Miettes de CRAB” lire :
• XÉNOS, étranger (par Norbert Adeline)

et la proposition d'animation
• Noël avec Ruth ...

Les commentaires sont fermés.