Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

«J’ai pris peur, car j’étais nu…»

Comme notre actualité, la Bible est traversée
par la question de ce qui est ou doit être caché, ou dévoilé.
Dans les prochaines semaines, une série de notes bibliques
vous mèneront de feuilles de figuier en révélation,
et de dévoilement en secret sur le thème “Cacher - Dévoiler”.


medium_figuier_feuille.gif

Leurs yeux s'ouvrirent,
et ils surent qu'ils étaient nus.
Ils cousirent des feuilles de figuier
pour se faire des pagnes. ...


Eh oui, la feuille du récit biblique n’était pas de vigne mais de figuier !

Ce n’est pourtant pas la principale méprise à propos de ces versets constituant le pivot du second récit de la création ...

« J’ai pris peur, car j’étais nu … »

Voici donc ce que repond donc l'humain à Dieu qui le cherche dans le jardin d'Eden en Genèse (pour lire le récit complet cliquer ici).

Le thème de la nudité peut être suivi dans le récit depuis la fin du chapitre 2 (verset 25) : “Tous deux étaient nus et n’en avaient pas honte ”, jusqu’au chapitre 3 (verset 21) : “Dieu fit pour l’homme et sa femme des tuniques de peau”. Là où nous entrons dans le récit, le serpent vient de suggérer que l’interdit divin sur l’arbre de la connaissance du bonheur et du malheur visait à empêcher les humains de “devenir comme des dieux”…

(6) “… La femme vit que l’arbre était bon
——pour la nourriture et séduisant
——pour la vue, qu’il était, cet arbre,
——désirable pour le discernement.
——Elle prit de son fruit et en mangea ;
——elle en donna aussi à son homme
——qui était avec elle, et il en mangea.


(7) Leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent,
——et ils surent qu’ils étaient nus.
——Ils cousirent des feuilles de figuier
——pour s’en faire des pagnes.


(8) Ils entendirent le Seigneur Dieu
——qui parcourait le jardin à la brise du soir.
——L’homme et sa femme se cachèrent
——de devant le Seigneur Dieu,
——au milieu des arbres du jardin.


(9) Le Seigneur Dieu appela l’homme ;
——il lui dit : « Où es-tu ? »


(10) Il répondit :
————« J’ai entendu ta voix dans le jardin
————et j’ai pris peur, car j’étais nu ;
————et je me suis caché »
”…


———————(Genèse 3,6-10 ; traduction d’après NBS)

• Quelques observations sur ce récit ...

- Verset 6 : Bon, séduisant, désirable ... cette accumulation de termes redondants manifeste la dimension globale de la tentation qui touche le manger, le voir et le penser.

- Contrairement à d’autres mythes, comme celui de Pandore, l’action qui fait tout basculer est aussi accomplie par l’homme.

- Verset 7 : “Leurs yeux à tous les deux s’ouvrirent”, c’est précisément cela que le serpent avait annoncé au verset 5 du chapitre 3.

- “ils surent ...”, en hébreu c’est le même mot que pour “connaissance” aux versets 5 et 22 (même racine en 2,9 et 2,17). Il ne s’agit pas, dans ces versets, d’une connaissance abstraite, mais d’une expérience pratique, intime (voir chapitre 4, verset 1 : “l’homme connut Eve ...”), une expérimentation concrète.

- Comme souvent dans la Bible, la nudité n’a pas d’abord ici une connotation sexuelle. Elle figure la fragilité, la dépendance, celle du nourrisson ou du mourant (Job 1,20-21), du vaincu (Deutéronome 28,48 ; Amos 2,16), du prisonnier de guerre humilié (Esaïe 20,2-4), ou encore du pauvre (Job 24,7-10).

- Verset 9 : Ce serait méconnaître la logique du texte que d’opposer, à cette question de Dieu, l’omniscience divine (c'est-à-dire l'idée que "Dieu connaîtrait tout". En effet, un mythe ne s'embarrasse pas de la plausibilité logique du récit, mais se concentre sur la réalité existentielle profonde qu'il met en scène.

- Verset 10 : Les humains se cachent de Dieu parmi les arbres, comme ils se sont cachés l’un de l’autre par des pagnes.

• Quelques pistes d'interprétation ...

- Si, par ses insinuations ambiguës (3,1) mais exactes (lire 3,5 et 3,22), le serpent a poussé la femme et l’homme à la désobéissance, c’est bien qu’ils trouvent en eux-mêmes le germe de la transgression. Le serpent joue le rôle de révélateur de ce qui est dans l’être humain. En ce sens, si l’on veut absolument voir dans cet épisode “le péché originel” (termes d'ailleurs absents du récit), alors il ne faut pas le comprendre chronologiquement, mais comme ce qui est dans la nature même de chaque humain, “la marque d’origine”.

- Avec ironie, le récit raconte que la première découverte apportée à l’homme et à la femme par leur nouvelle connaissance, est celle de leur vulnérabilité (figurée par leur nudité) ; précisément ce à quoi ils voulaient échapper en devenant “comme des dieux”. Cette condition de créature, qui était vécue sans honte parce que non connue, devient alors sujet de honte et de peur, d’autant plus qu’ils ont vainement tenté d’y échapper. Ils dissimulent alors cette fragilité en se cousant de dérisoires pagnes de feuilles.

- Plus loin (verset 21), la sollicitude de Dieu les aidera à assumer cette fragilité avec des tuniques de peau.
(pour lire le récit complet cliquer ici)


• En guise de conclusion ...

- L’humain se cache donc parce qu’il ne supporte pas la révélation de sa fragilité, il refuse de la voir en face.
Voilà l’attitude universelle que pointe finement ce récit fondateur.

- Nous-mêmes, quelles sont nos feuilles de figuier ?
Quels masques portons-nous pour dissimuler à l’autre,
et parfois à nous-mêmes, nos fragilités ?

- Dans toutes les sociétés, ce jeu de masque est sans doute l’une des activités les plus développées : du prestige de grands travaux à la conduite d’une voiture surpuissante, du paraître vestimentaire à la positon sociale, des produits anti-vieillissement aux certitudes et vérités intangibles … La liste est infinie de ces cache-misère qui nous opposent à l’autre, devenu concurrent dans ce jeu, et au Tout-Autre dont la vérité jette une lumière crue sur nos pagnes dérisoires. Des cache-misère qui nous aliènent finalement à nous-mêmes, créatures fragiles et aimées de Dieu.

Patrice ROLIN


(cet article, comme ceux de la série à venir sur le thème
Cacher - Dévoiler”, est paru dans
La Voix Protestante de septembre 2004 à juin 2005)


—•o0O0o•—
Autre article déjà paru dans cette série :
Jérémie, aventurier de l'arche cachée

Les commentaires sont fermés.