Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moïse et les prophètes

“... Le Seigneur descendit dans la nuée et parla à Moïse ;
il retira un peu du souffle qui était sur Moïse
et le mit sur les soixante-dix anciens.
Dès que le souffle se posa sur eux,
ils se mirent à faire les prophètes ;
mais ils ne continuèrent pas.
Deux hommes, l'un nommé Eldad, l'autre Médad, étaient restés dans le camp ;
le souffle se posa sur eux – ils étaient parmi les inscrits,
mais ils n'étaient pas sortis vers la tente.
Ils se mirent à faire les prophètes dans le camp. ...”

Nombres 11,25-26
(lire l'ensemble du chapitre 11)

Un commentaire de Jean-Pierre STERNBERGER

Le récit de Nombres 11 donne à voir la scène primitive que présuppose en quelque sorte toute activité prophétique : l'esprit d'un dieu s'empare d'un être humain dont le corps même devient l'organe de la divinité.

De telles scènes se retrouvent à plusieurs reprises dans la Bible notamment lorsque Saül rencontre une bande de prophètes et se met à prophétiser ou quand Elisée sollicite la présence d'un musicien pour pouvoir se mettre en transe (2 Rois 3). Ce type de prophétisme est lié à l'existence de groupes de prophètes (les "fils de prophètes") sortes de congrégations mystiques qui évoquent un peu le début des Actes des apôtres, ou peut-être les confréries soufis et certains groupes pentecôtistes ou charismatiques. Mais pour le texte biblique, le groupe des anciens de Nombres 11 ou les prophètes croisés par Saül ne délivrent aucun message. Ils prophétisent entre eux et leur prophétie ne dure pas.
Or, selon le Talmud, tel n'est pas le cas d'Eldad et Médad qui prophétisent dans le camp, dont on connaît le propos et auxquels Moïse se réfère quand il souhaite que tout le peuple de YHWH soit un peuple de prophètes.
medium_PropheteChagall.jpg





Marc Chagall,
Prophète
(aquarelle, 1949)


Reprenons cette parole qui sous des aspects fort simples donne matière à plusieurs pistes d'interprétation.

Première piste : la grâce

N'est pas prophète qui veut. En Israël, c'est Dieu qui donne des prophètes. Dieu a toujours l'initiative, que ce soit pour libérer son peuple, proposer son alliance ou répandre son esprit (son souffle) sur ses prophètes. Si, comme tous les peuples du Proche Orient Ancien, Israël connaît aussi des prophètes professionnels attachés au service des rois, ils sont généralement dédaignés alors que Dieu "donne" qui il veut comme prophète, un prêtre (Jérémie), un paysan (Amos) ... où la femme d'un "gardien de vêtement" (Houlda en 2 Rois 22,14).

Deuxième piste : l'alliance

“Puisse tout le peuple de YHWH être composé de prophètes car YHWH aura dispensé son esprit sur eux”. Moïse émet le voeu de voir un jour l'esprit de Dieu répandu sur le peuple entier dont chaque membre sera prophète. On peut penser à la prophétie de Joël citée par Pierre au jour de la Pentecôte
L'expression “peuple de YHWH” présuppose l'alliance entre Dieu et les tribus qui en s'engageant deviennent le peuple de YHWH (Deutéronome 27,9). C'est pour ce peuple que Dieu se choisit un messie (2 Samuel 6,21 ; 2 Rois 9,6 ; 11,17). Dans ce cadre, le prophète est l'homme qui fait le lien entre Dieu et les humains, rappelant aux uns la volonté de Dieu, présentant à Dieu les prières des hommes (cas d'Abraham en Genèse 20,7 ou de Moïse en Nombres 11,2 ...).

Troisième piste : le prophète,
un humain significatif


On peut encore traduire notre verset ainsi : “Que tout le peuple de YHWH soit formé de prophètes parce que YHWH dispense son esprit sur eux”. Parce qu'il apprend qu'Eldad et Médad prophétisent dans le camp, c'est-à-dire en dehors des cadres convenus de la hiérarchie et du culte, Moïse entrevoit la possibilité pour chacun dans le peuple de devenir prophète. En d'autres termes, la prophétie d'Eldad et Medad est non seulement significative par le contenu de leurs oracles (et que le texte biblique ne rapporte pas) mais déjà et surtout par ce qu'ils vivent. Cet aspect de la prophétie biblique est essentiel pour un Jérémie ou un Ezéchiel au moment de l'exil à Babylone. Il le sera aussi Jésus qui, au jour des rameaux et alors qu'il ne dit rien (!) est salué par la foule comme le prophète de Nazareth de Galilée (Matthieu 21,11).

Jean-Pierre STERNBERGER
(animateur biblique
Église Réformée de France)



Sur les prophètes et le discours prophétiques,
on consultera le dossier biblique disponible au
Service biblique de la Fédération protestante de France.

Les commentaires sont fermés.