Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

“Du Shéol à la résurrection”

7b9e4214aae6b004a6cfb1d3263316f4.png

(Sans titre, Pierre SOULAGES 1978)

Avec la fiche qui suit, biblique.fr vous propose un nouveau type de ressource pour l'animation biblique. Il s'agit de cycles de lecture autour d'un thème ou d'un livre biblique. Ces parcours peuvent être pratiqués par une personne isolée, mais ils ont été conçus pour une démarche de groupe avec toute la richesse d'expérience et de sens qu'apporte une interprétation des textes en dialogue avec d'autres lecteurs.

Un parcours biblique proposé par Patrice ROLIN

Dans ce parcours, il s'agit de découvrir comment, dans la Bible, les questionnements sur la vie, la mort et l'au-delà ne trouvent pas de réponses univoques et définitives, mais font l'objet de discours symboliques divers et contrastés. C'est en particulier le cas de la notion de résurrection qui apparaît tardivement dans la Bible Hébraïque, qui est encore débattue au tournant de notre ère, et qui se développe de façons diversifiées dans le Nouveau Testament et le christianisme naissant.
Une dernière étape propose de dresser un tableau des différentes représentations chrétiennes et non-chrétiennes de "l'après la mort", et d'en évaluer les implications concrètes pour la compréhension de la vie elle-même.

• DE QUOI PARLONS-NOUS ?
On pourra commencer en se demandant quelle conception de la résurrection ai-je personnellement et en prenant acte des différentes compréhensions/représentations qu'en ont les participants du groupe.
L'évocation, ou la lecture, de passages de l'épopée de Gilgamesh, “L'homme qui ne voulait pas mourir”, pourra montrer que la quête de l'immortalité, ou l'espérance d'un au-delà, est sans doute aussi ancienne que l'humanité. On pourrait évoquer ce qu'on sait des sépultures préhistoriques ou les mythes et rituels funéraires égyptiens. Les récits concernant Osiris dans le Livre des morts de l'ancienne Egypte pourrait encore être examinés.

1. LA RÉSURRECTION EN QUESTION

Textes bibliques :
Marc 12,18-27 ; Deutéronome 25,5-10 ;
Actes 23,6-10

A l'époque de Jésus, la nouvelle croyance en la résurrection est encore discutée dans le judaïsme. La comparaison de la réponse de Jésus dans la version de Luc montre qu'en Marc cette réponse est plus fine et ambiguë qu'il n'y paraît. En Marc, Jésus ne renverrait-il pas dos-à-dos la négation des sadducéens fondée sur une objectivation de la résurrection, et la compréhension pharisienne tout aussi objectivante ?

2. LE SHÉOL, PAYS SANS RETOUR

Textes bibliques :
Qohélet (Ecclésiaste) 3,18-22 ; 6,3-6 ; 8,8 ; 12,5-7 ; Psaume 88 ; Job 14 ; Siracide 38,20-22 ; 41,1-4)

Jusqu'à une époque tardive, la religion d'Israël n'intègre pas de croyance en la résurrection. Dans le Shéol, lieu des morts au tréfonds de la terre, est évoqué par des images de “non-vie” qui ne donnent pas une description cohérente. De fait, les auteurs de la Bible Hébraïque s'intéressent très peu à “l'après-mort”, Dieu est le Dieu des vivants.

3. POUSSIÈRE ET DESCENDANCE

Textes bibliques :
Genèse 15,1-6 ; Genèse 19,30-38 ; Genèse 38 ; (Genèse 2,7 & 3,19-4,2 / 13,16 & 28,14) ; 2 Samuel 14,5-7

Pour beaucoup en Israël, et ce jusqu'à une période tardive, il semble que le seul avenir positif envisageable après la mort, le seul espoir d'une certaine continuité de l'individu soit investi dans sa descendance (mâle de préférence): d'où le drame de la stérilité. Mourir sans descendance, c'est mourir deux fois ! C'est au point qu'assurer une descendances à un homme est un devoir sacré qui autorise la transgression des interdits les plus fondamentaux.

4. L'ESPÉRANCE DE RESTAURATION DU PEUPLE

Textes bibliques :
Textes bibliques : Ezéchiel 37,1-14 ;
Esaïe 26,1-21 ; 1 Samuel 2,1-10

Durant l'exil à Babylone d'une partie de du peuple d'Israël beaucoup pensent que tout est fini et se désespèrent. C'est alors que des prophètes vont faire renaître l'espérance d'un retour. Cette espérance de la fin de l'exil et de la restauration d'un peuple unique sur sa terre, Esaïe et Ezéchiel vont l'exprimer dans un langage de re-création et de résurrection. Mais il ne s'agit pas encore de la croyance en la résurrection des individus, c'est de la “revivification” d'un peuple qu'il s'agit.
——————(voir l'animation proposée en cliquant ici)

5. LA RÉSURRECTION DES MARTYRS

Textes bibliques :
Daniel 12 ; 2 Maccabées 7

Au 2ème siècle av. J.C. la Palestine est sous la domination de souverains grecs héritiers de l'empire d'Alexandre. Cette domination se fait de plus en plus forte aux niveaux culturel et religieux au point que certains juifs pieux se révoltent, c'est la crise maccabéenne du nom d'un des chefs de l'insurrection (le livre de Daniel transpose fictivement cet crise à la période de l'exil). La répression est d'une rare violence, c'est alors seulement qu'apparaît l'espérance de la résurrection de ceux qui meurent en martyrs pour la Loi de leurs pères. Leur résurrection est comme une exigence de la justice divine qui ne peut les abandonner au Shéol. C'est aussi la confiance qui permet aux héros de la foi de tenir tête à la tyrannie.

6. SCÉNARIO DE LA FIN DANS LE JUDAÏSME ANCIEN

Textes bibliques et extra-bibliques :
Siracides 38,16-23 / 48,11 ; Sagesse 1,12—3,12 ;
La Règle de Qumrân (1QS IV,2-14) ; Le document de Damas (CD 1) Le livre d'Hénoch (1 Hénoch 51) ; Le livre des Jubilés (Jub 23) ; La vie grecque d'Adam et Eve (31 ); ...

Peu à peu la nouvelle croyance s'installe, et la résurrection s'étend à tous. Le Siracide est témoin de cette évolution (l'original hébreux ne l'intègre pas, alors que sa traduction grecque y fait allusion). Á travers les textes deutérocanoniques et intertestamentaires on voit se développer une réflexion sur la rétribution des justes et le châtiment des impies. Différents scénario intégrant le retour d'un être divin, une résurrection générale et un jugement dernier se mettent progressivement en place.

7. L'ESPÉRANCE APOCALYPTIQUE

Textes bibliques :
1 Thessaloniciens 4,13 — 5,11 ;
Apocalypse 20,1—21,5

Les auteurs des textes du Nouveau Testament héritent de l'apocalyptique juive et en reprennent certains éléments et scénario pour dire l'espérance chrétienne fondée sur la mort et la résurrection du Christ. La plupart des chrétiens du premier siècle, comme les juifs, étaient convaincus de vivre les temps de la fin. Le retard de l'intervention finale et décisive de Dieu et de son Christ les amènent peu à peu à recadrer la formulation de leur espérance.

8. LA RÉSURRECTION Á L'APPUI D'UNE ANTHROPOLOGIE

Texte biblique :
1 Corinthiens 15

Si l'apôtre Paul fonde bien sa foi sur la mort et la résurrection du Christ, il centre néanmoins l'essentiel de sa réflexion sur la Croix (voir 1 Corinthiens 1,10—2,5). Il consacre cependant un chapitre (1 Corinthiens 15) d'une exceptionnelle densité à défendre sur plusieurs fronts la foi en la résurrection. Dans ce chapitre foisonnant où l'apôtre utilise des registres apocalyptique, métaphorique, argumentatif, exhortatif, un chapitre où les citations de la Bible hébraïque côtoient la sagesse populaire, Paul lie étroitement la résurrection du Christ et celle du croyant appelé à devenir un “corps spirituel”. De quoi s'agit-il ?

14b01774df59f4273feb303e25e58331.jpg

La gerbe, Henri MATISSE 1953
(affiche de l'exposition “Henri Matisse, une seconde vie”)


9. UNE COMPRÉHENSION EXISTENTIELLE
—————————————————DE LA RÉSURRECTION

Textes bibliques : Marc 16,1-8 ; Romains 6,1-14

Si on lit le début du chapitre 6 de la lettre de Paul au Romains de façon littérale, alors on doit en conclure que, quand il écrit, Paul est mort et qu'il écrit à des morts ! Ce n'est évidemment pas le cas, et il faut donc comprendre que Paul parle d'une autre mort que la mort biologique. Mais alors, quand il parle de résurrection, de quoi parle-t-il ? Il appelle ses lecteurs à se comporter “comme des vivants revenus d'entre les morts”. Paul propose ici une compréhension de la résurrection comme renouvellement de l'existence. La finale originelle de l'évangile de Marc offre sans doute de façon narrative une compréhension semblable de la résurrection : c'est dans la vie que ceux qui étaient tournés vers la mort rencontreront le ressuscité.

• SYNTHÈSE
Une dernière étape de ce parcours de lecture pourrait consister en une comparaison schématique des différents discours rencontrés dans la Bible sur ce dépassement de la mort qu'est la résurrection, et les différentes représentations de “l'au-delà” dans le christianisme et en dehors du christianisme. On y découvrira que le discours sur “l'après-mort” est lié à la conception de la vie elle-même. Comme le dit à sa façon l’aphorisme de Woody Allen :
“Le problème avec la mort, c'est de savoir ce qu'il y a avant.”

Patrice ROLIN

—•o0O0o•—

En lien avec ce parcours biblique,
on pourra lire les notes suivantes :
Que deviennent les morts ?
La vie éternelle, c'est pour quand ?
• Une course truquée
• Qui est le jumeau de Thomas ?
• Hadès, l'enfer

—•o0O0o•—


Petite bibliographie pour aller plus loin ...
- Philippe ARIES,

L'homme devant la mort,
Paris : Seuil, 1977

- Jean BOTTÉRO,

L’épopée de Gilgames,
le grand homme qui ne voulait pas mourir
Paris : Gallimard, 1992

- André GOUNELLE et François VOUGA,

Après la mort qu'y a-t-il ?,
Paris : Cerf, 1990

- Daniel MARGUERAT,

Résurrection, une histoire de vie,
Poliez-le-Grand : Moulin, 2001

- Denis MÜLLER,

Réincarnation et foi chrétienne
Genève : Labor et Fides, 1993- D.MARGUERAT & D.MÜLLER (éd.),
Mourir.... et après ? Questions de vie,
Genève : Labor et Fides, 2004

- Roger PARMENTIER,

Pour ne pas se tromper de résurrection,
Champigny : Concordia, 1983

Les commentaires sont fermés.