Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moi, Paul !

1e8978eee5dba05d9a09d378fc1e63bf.jpg

Encore une “vie de Paul” !
Une de plus ?
Non.
La fiction d'une autobiographie
de l'apôtre permet à l'auteur d'en dire

à la fois moins, et beaucoup plus
qu'une biographie classique.



Moi, Paul ! François VOUGA,
Labor & Fides/Bayard 2005


Ce livre passionnant est résolument plus réflexif qu'anecdotique. C'est la vie intellectuelle, la conversation intérieure de Paul qui est donnée à partager, au travers de problématiques d'une actualité frappante. Dans un style vivant et exempt de jargon théologique le lecteur est invité à entrer en dialogue avec l'apôtre. On découvre ainsi le monde de sa pensée plus que son univers antique, son cheminement intérieur plus que les étapes géographiques de ses voyages missionnaires.
On l'aura compris, il ne faut pas lire ce livre pour y trouver des révélations sur telle ou telle péripétie de la vie de l'apôtre. L'auteur ne s'embarrasse d'ailleurs pas de “faire vrai”, il ne cherche pas la crédibilité par le pittoresque ou l'exotique de la langue ou des descriptions.

Au fil des pages, on assiste à la construction d'une pensée exigeante et percutante qui avance par questionnements successifs, par retours en arrière, par évaluations et reformulations de ce qui a déjà été pensé ou écrit pour trouver une formulation profilée à la situation. La mise en page aérée du livre, avec ses phrases brèves, ses questions, ses sauts de page plaçant une idée en exergue, met en scène les développements et méandres d'une pensée traversée par le souffle de la grâce et de la liberté.
Le lecteur redécouvre ainsi une argumentation bien connue dans son expression épistolaire aboutie, en train d'être ciselée, polie sous ses yeux.

Une autre originalité de cet ouvrage est de postuler que l'écriture de la lettre aux Galates est postérieure autres épîtres pauliniennes, comme une lettre bilan à une étape importante de la vie de Paul, qu'il ne sait pas être l'une des dernières.
On voit donc au fil des pages s'écrire dans l'esprit de l'apôtre, cette épître aux Galates qui reçoit ainsi une valeur quasi testamentaire. S'il n'en est pas familier, le lecteur gagnera à (re)lire cette épître, il en aura de toute façon l'envie après la lecture de ce livre !

L'ouvrage s'achève par une postface de Timothée, éditeur du manuscrit confié par Paul à son départ de Corinthe pour Jérusalem, avant de poursuivre pour Rome, étape vers l'Espagne, où l'on perd sa trace. On découvre alors un Timothée que Luc est venu consulter pour son enquête en vue de rédiger le livre des Actes des apôtres, un Timothée bienveillant mais dubitatif quant à la prétention historique de l'entreprise. L'ancien collaborateur réfléchit aussi à ses années de mission aux côtés de l'apôtre, aux décennies qui ont suivi sa disparition, et au chemin qu'a continué à suivre la pensée de Paul en son absence, par ses épîtres, ... un chemin de liberté pour leurs lecteurs.

Patrice ROLIN

Moi, Paul !
François VOUGA,
Labor & Fides / Bayard, 2005
(311 p. ; 20 €)

Les commentaires sont fermés.